Accéder au contenu principal
Accents d'Europe

Nouveaux sacrifices pour les retraités grecs

Audio 19:30
Les manifestants contre la réforme de retraites ont défilé avec une effigie en carton du ministre du Travail George Katrougalos. Athènes, le 16 janvier 2015.
Les manifestants contre la réforme de retraites ont défilé avec une effigie en carton du ministre du Travail George Katrougalos. Athènes, le 16 janvier 2015. REUTERS/Alkis Konstantinidis
Par : Laurent Berthault
22 mn

1 milliard 800 millions d’euros d’économie sur les retraites: c’est le montant exigé par les créanciers de la Grèce, en échange des aides versées, dans le cadre du 3e plan d'aide. Le gouvernement a proposé une réforme qui tente d'éviter les coupes franches, et qui rassemble toutes les caisses de retraite. Alors que, depuis 2010, les Grecs ont perdu entre 10 et 15% des retraites les plus faibles et jusqu'à 45% des retraites les plus importantes, la pilule est dure à avaler. Les manifestations de ce jeudi 6 février 2016 le prouvent. D’autant qu’en Grèce, les pensions font vivre plusieurs générations. Le reportage de Charlotte Stiévenard.

Publicité

Peur des réfugiés. Depuis le début de la crise de réfugiés, les pays d’Europe centrale n’ont jamais caché leurs réticences, voire leur refus systématique de les accueillir sur leur sol. Une hostilité qui confine parfois à la peur panique, comme l’illustre ce quiproquo, dans une commune de la République Tchèque. Alexis Rosenzweig.

En Suisse, même si l’extrême droite multiplie les initiatives contre les étrangers et immigrés, le pays reste l’un des premier pays d’accueil des réfugiés érythréens en Europe. 7000 y ont déposé une demande d’asile, l’an passé. Ils forment désormais une communauté de plus de 20 000 personnes. Ils ont fui la dictature, et sont arrivés en Suisse au péril de leur vie. Ils se retrouvent parfois autour d’une messe dans l’attente de jours meilleurs. Reportage de Virginie Langerock.

Wikicommons/Salvo Cannizzaro

Vespa non grata. Les guêpes peuvent piquer lorsqu’elles se sentent en danger. C’est ce qui est en train de se passer à Gênes, où la ville a décidé d’interdire les Vespa, au motif que ces scooters sont trop polluants. Mais l'arrêté, qui devait entrer en vigueur en février, devrait finalement être repoussé à avril 2016. Mathilde Auvillain.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.