Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

La flambée des prix de l'huile d'olive fait le bonheur de la Tunisie

Audio 01:44
Une branche d'olivier de la région des Pouilles, en Italie.
Une branche d'olivier de la région des Pouilles, en Italie. RFI/Patricia Blettery

Entre sécheresse et maladie, l'Espagne et l'Italie n'ont pas produit autant que d'ordinaire depuis 2 ans. Résultat : les prix de l'huile d'olive flambent, et la Tunisie en profite.

Publicité

L'huile d'olive, c'est l'or vert. Sa couleur, son goût, son parfum donnent le ton aux assiettes du pourtour méditerranéen, du Maghreb et du Moyen-Orient.

Mais cet ingrédient clé de la cuisine du Sud devient de plus en plus cher. Selon une étude du cabinet IRI, les prix ont augmenté de 20 % en moyenne dans les supermarchés européens. Une exception, alors que les cours de toutes les matières premières sont à la baisse.

La difficulté des Européens à produire de l'huile d'olive

Le prix de l'huile d'olive grimpe parce que les Européens n'arrivent plus à produire autant que d'ordinaire. À cela deux raisons : l'Espagne - premier producteur mondial - souffre de la sécheresse, les olives récoltées ont moins de poids et produisent moins d'huile. La production espagnole a été divisée par deux. Même chose en Italie, mais là c'est contre une bactérie que les producteurs se battent : la Xylella Fastidiosa.

Elle est apparue en 2013 et décime depuis les oliveraies des Pouilles dans le sud du pays avec un million d'arbres touchés. Autant d'olives et donc d'huile en moins sur les marchés. L'an dernier la récolte avait été catastrophique. Il s'agit de la plus mauvaise de ces 25 dernières années.

La Tunisie, premier exportateur mondial d'huile d'olive

La mauvaise fortune des uns profite souvent à d'autres, en l'occurrence à la Tunisie, qui a bénéficié en 2014-2015 de récolte record. La Tunisie est devenue l'an dernier le premier exportateur mondial d'huile d'olive. De l'huile que les embouteilleurs espagnols s'arrachent pour combler la baisse de leur production, fournir leurs clients et conserver leurs parts de marché.

Jusqu'à présent, la Tunisie pouvait exporter vers l'Union européenne 50 000 tonnes d'huile d'olive par an, en franchise de droits, autrement dit exempté de taxes. Fin janvier, la Commission européenne a adopté un plan d'urgence qui autorise la Tunisie à exporter 70 000 tonnes d'huile supplémentaires sur deux ans. Un plan de solidarité explique Bruxelles. Bon pour la Tunisie, mais aussi pour le consommateur qui peut espérer rester à l'huile d'olive pour cuisiner.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.