Accéder au contenu principal
Invité Afrique soir

Kagame préférerait à Bujumbura un régime proche de celui du Rwanda

Audio 04:32
Le président rwandais, Paul Kagame.
Le président rwandais, Paul Kagame. REUTERS/Tiksa Negeri

Cette fois l’accusation est très directe : pour les Etats-Unis, le Rwanda est impliqué dans des activités déstabilisatrices pour le Burundi. L’envoyé spécial de Washington pour les Grands Lacs et la secrétaire d'Etat adjointe pour l'Afrique évoquent le recrutement de réfugiés burundais dans les camps installés au Rwanda pour participer aux cotés de l'opposition à des attaques armées contre le gouvernement de Bujumbura. On en parle avec Filip Reyntens, professeur à l’université d’Anvers en Belgique. Pour quelles raisons le Rwanda chercherait-il à déstabiliser le gouvernent du Burundi ?

Publicité

« Paul Kagame, le président du Rwanda, s’était déjà exprimé de façon fort hostile vis-à-vis du président burundais Nkurunziza en disant par exemple [si votre peuple ne vous veut pas, pourquoi est-ce que vous voulez vous représenter aux élections ?] C’était en avril 2015, il y a un peu moins d’un an. (…)

Je pense que le président Kagame préférerait avoir à Bujumbura un régime qui soit plus proche politiquement et idéologiquement du régime rwandais. (…) Les Etats-Unis ont été un allié fort du Rwanda tant diplomatiquement que militairement. Cela a changé depuis. Surtout après l’épisode de l’appui du Rwanda au M23, déstabilisateur pour le Congo alors que les Etats-Unis voulaient stabiliser le Congo.

Il y a une volonté forte du président Kagame de briguer un troisième mandat en 2017 et deux autres mandats qui pourraient faire en sorte qu’il soit président jusqu’en 2034. Cela va complètement à l’encontre de la politique américaine qui veut des institutions fortes et pas des hommes forts…».  

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.