Accéder au contenu principal
Nouvelles technologies

Global Xplorer, l’archéologie en réseau

Audio 02:10
Getty Images/Jeffrey Hamilton

Le temps des pilleurs de tombes qui arrachaient du passé des trésors inestimables en dynamitant les sites anciens est révolu. Place à l’imagerie satellitaire et à la contribution en ligne d’internautes bénévoles pour découvrir de futurs sites archéologiques, comme le propose la jeune égyptologue américaine Sarah Parcak avec son projet Global Xplorer.

Publicité

 

Pour percer les secrets enfouis dans des sites anciens, les nouveaux « Indiana Jones » ou « Lara Croft » ont plus d’une technologie de pointe dans leur besace. Encore faut-il pouvoir repérer et localiser tous ces trésors du passé disséminés un peu partout sur notre planète. Les archéologues qui n’ont exploré que 10 % de la surface du globe utilisent aujourd’hui une nouvelle méthode mise au point par la spécialiste de l’Égypte Sarah Parcak, qui enseigne à l'université de l'Alabama, aux États-Unis.

Ses programmes informatiques d’analyse des images satellite mettent en évidence les transformations de la végétation révélant les traces cachées des endroits où vivaient nos ancêtres. Une technique qui fait ses preuves avec la découverte de 17 « nouvelles » pyramides, 1 000 tombes et 3 100 colonies jusqu'ici inconnues. La jeune archéologue vient de recevoir le prix TED 2016. Cette distinction est délivrée par la fondation TED du même nom qui organise, par ailleurs, des conférences entièrement dédiées aux « idées qui gagnent à être partagées ».

Créer une plateforme numérique en ligne

Le prix a permis à Sarah Parcak de récolter un million de dollars pour financer son nouveau projet intitulé Global Xplorer. L’idée est de créer une plateforme numérique en ligne sur laquelle des internautes bénévoles aideront les scientifiques à analyser les images satellite afin de découvrir de nouveaux sites archéologiques.

Cette recherche collaborative prendra la forme d’un jeu en ligne où les contributeurs pourront accumuler des points. Les internautes qui obtiendront les meilleurs scores seront récompensés en étant  associés, à travers les réseaux sociaux, aux éventuelles explorations concrètes sur le terrain qu’auront déclenché leurs observations.

Démocratiser l'archéologie

Global Xplorer qui a la volonté de démocratiser l’archéologie cherche aussi à protéger le patrimoine existant en permettant de repérer, les fouilles sauvages, les pillages des sites historiques ou encore les destructions de vestiges précieux perpétrés par les terroristes de l’organisation Etat islamique.

La plateforme numérique sera en ligne et pleinement opérationnelle l’année prochaine, a promis Sarah Parcak en ajoutant « il est de notre devoir de préserver notre passé et de changer la manière dont l’archéologie fonctionne afin de réécrire ensemble notre histoire collective ».

Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.