Invité Afrique soir

Djibouti: pour Dimitri Verdonck, Ismaïl Omar Guelleh «a déjà gagné les élections»

Audio 04:49
Le président djiboutien Ismail Omar Guelleh à Addis-Abeba, en 2014. Mardi 8 mars, il a officiellement annoncé être candidat pour un 4e mandat à la présidence de Djibouti.
Le président djiboutien Ismail Omar Guelleh à Addis-Abeba, en 2014. Mardi 8 mars, il a officiellement annoncé être candidat pour un 4e mandat à la présidence de Djibouti. REUTERS/Tiksa Negeri

Le dépôt des candidatures pour l'élection présidentielle de Djibouti, dont le premier tour aura lieu le 8 avril 2016, s'est déroulé ce mardi 8 mars. Ismaïl Omar Guelleh est candidat à un 4e mandat. Cinq autres candidats sont en lice : deux issus de l'USN (parti d'opposition, Union nationale pour le Salut), Omar Elmi Kaireh et Mohamed Daoud Chéhem ; Et trois indépendants : Hassan Idriss Ahmed, Mohamed Moussa Tourtour et Jamaa Abdouramane Jamaa. Les partis historiques de l'USN, le MRD et le MoDel appellent eux, au boycott, car selon selon eux le président Omar Guelleh n'a pas respecté l'accord cadre de la crise post-électorale des législatives de février 2013 stipulant l'instauration d'une commission électorale indépendante. En fait l'USN, l'opposition, a volé en éclats. Jean-Jacques Louarn reçoit Dimitri Verdonck, président de l'association Culture et Progrès, partenaire de la FIDH notamment pour Djibouti.

Publicité

« Plus personne ne peut rien espérer de la part d'un président qui est au pouvoir depuis un nombre d'années incalculable. Ce qui est incroyable avec Ismaïl Omar Guelleh est qu'il promet tout un tas de choses à la veille de chaque échéance électorale ; et dès le lendemain des élections, rien ne se fait. On se retrouve dans un pays où rien n'a avancé... »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail