Nouvelles technologies

Des écrans parfaitement antireflets grâce aux papillons

Audio 02:04
Les lunettes seront bientôt équipées du matériau antireflet inspiré par le papillon Greta Otto.
Les lunettes seront bientôt équipées du matériau antireflet inspiré par le papillon Greta Otto. Laurence Vagner

Le papillon d'Amérique centrale Greta Otto est un champion du camouflage. Pour échapper à ses prédateurs, ses ailes ultra-transparentes ne réfléchissent pratiquement pas la lumière. Des chercheurs allemands ont mis au point un nouveau matériau reproduisant la structure antireflet des ailes de l'insecte, qui équipera bientôt nos lunettes et nos écrans.

Publicité

Cette histoire de papillon nous démontre que les poètes sont aussi de grands savants ! « La nature est un temple où de vivants piliers laissent parfois sortir de confuses paroles ; l'homme y passe à travers des forêts de symboles qui l'observent avec des regards familiers ». Le sonnet « Correspondances », extrait du recueil Les fleurs du mal du poète français Charles Baudelaire, décrit un monde que seuls les artistes savent déchiffrer, où la nature détient le pouvoir de transporter l’esprit et les sens de l’homme.

Mais interpréter les signes discrets de notre environnement, percevoir ce qui est caché au cœur du vivant, n’est plus seulement réservé aux poètes, les scientifiques ont pris le relais. Les spécialistes du bio-mimétisme essayent de comprendre les stratégies que certains organismes emploient afin de survivre, tandis que les explorateurs de l’infiniment petit tentent d’en expliquer les mécanismes. Une quête de l’imperceptible, que les chercheurs de l’Institut allemand des technologies de Karlsruhe ont mis en pratique en s’intéressant aux lépidoptères. 

Leur papillon préféré, qui réside en Amérique centrale, se nomme Greta Otto. L’insecte possède un talent unique : ses ailes ultra-transparentes lui permettent d’échapper depuis toujours à ses prédateurs. En comparaison, le verre qui n’est que translucide reflète en partie la lumière qu’il reçoit. Par ailleurs, cette matière devient totalement opaque pour des animaux sachant distinguer les infrarouges ou les ultraviolets, à la différence de notre papillon.

Les chercheurs ont étudié au microscope électronique les ailes du Greta Otto, et ont découvert que les nanostructures de ses écailles étaient disposées de façon complètement irrégulière. Cet arrangement chaotique et désordonné permet une faible réverbération de la lumière, quel que soit l’angle sous lequel on observe l’insecte. Les chercheurs ont recréé artificiellement ce type de surface antireflet, pour fabriquer des verres de lunettes filtrant les éblouissements ou des écrans de smartphones visibles en plein soleil.

Leurs premiers prototypes seraient non seulement antireflets mais aussi hydrophobes, donc imperméables, et autonettoyants ! Une innovation qui nous permettra peut-être de contempler de manière claire et nette, et sans traces de doigts, les « forêts de  symboles » de Charles Baudelaire. Et qui sait, de pouvoir transcender cette nature invisible, grâce aux ailes des papillons.

Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail