Accéder au contenu principal
Bonjour l'Europe

Les 500 ans du ghetto juif de Venise

Audio 02:59
En Italie, la place principale du ghetto de Venise, dans un quartier dénommé l’île de Cannaregio, en Italie.
En Italie, la place principale du ghetto de Venise, dans un quartier dénommé l’île de Cannaregio, en Italie. Didier Descouens/CC/Wikimedia Commons

Venise commémore à partir de ce 29 mars, et jusqu’à la fin de l’année, les 500 ans de ghetto juif, avec toute une série d’événements culturels. À commencer, ce soir, mardi, par un concert de l’orchestre du théâtre de La Fenice, dirigé par l’Israélien Omer Meir Wellber. Ce ghetto, le plus ancien d’Europe, est le triste modèle d’une ségrégation qui s’est propagée largement au-delà de la cité des Doges. En témoigne, par exemple, le ghetto de Rome qui remonte à 1556.

Publicité

Venise est une des villes les plus célèbres au monde mais on connait beaucoup moins son histoire,et notamment celle du ghetto juif. Il faut remonter au 29 mars 1516, lorsque la République de Venise décréta que les 700 juifs qui vivaient dans la Sérénissime, devraient résider dans un quartier dénommé l’île de Cannaregio. À l’époque, le ghetto – mot qui tire son origine du dialecte vénitien – était comme une sorte de prison. Les juifs ne pouvaient en sortir que le jour. Et chaque soir ses portes étaient fermées. Durant les deux siècles successifs, il accueillit aussi bien des séfarades réfugiés d’Espagne ou du Portugal, que des ashkénazes venus d’Allemagne et d’Europe centrale, ou des levantins expulsés de Constantinople ; atteignant ainsi près de 5 000 habitants. De nos jours, Venise ne compte plus que 500 habitants juifs. Et seuls 30 d’entre eux vivent dans l’ancien ghetto.

Une commémoration souhaitée par les communautés juives d’Italie

Cette initiative, soutenue par la Ville de Venise, vient de l’Union des communautés juives d’Italie. Et le président de celle de Venise, Paolo Grignati, a bien expliqué qu’il s’agit d’honorer un passé très douloureux. Mais aussi de montrer comment les communautés juives en Italie ont su garder leur identité et de lancer un message sur la nécessité d’intégrer toutes les minorités. Un message de paix, dit-il, qui s’adresse en particulier aux jeunes.

Visite du ghetto à l’initiation à la culture juive

Le premier temps fort, c’est donc le concert donné ce 29 mars par l’orchestre du théâtre de la Fenice, et dirigé par l’Israélien Omer Meir Wellber, 35 ans, un des plus talentueux parmi les jeunes chefs d’orchestre de notre époque. Ensuite, on peut citer une grande exposition intitulée « Venise, les juifs et l’Europe ». Elle se tiendra du 19 juin au 13 novembre, et racontera, notamment la vie dans le ghetto de Venise, dont les portes ne furent éliminées qu’en 1797, avec la conquête de la ville par Napoléon. Il y aura aussi des conférences et des parcours sociaux-culturels, en plusieurs langues, mêlant la visite du ghetto à l’initiation à la culture et à la délicieuse cuisine juive. Autre rendez-vous attendu : les représentations du « Marchand de Venise » de Shakespeare, du 26 au 31 juillet sur la place centrale du ghetto. C’est-à-dire exactement à l’endroit où l’intrigue de cette pièce se déroule. Une première dans la Cité des Doges.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.