Accéder au contenu principal
Invité Afrique

Présidentielle au Tchad: Saleh Kebzabo et Joseph Djimrangar Dadnadji, candidats

Audio 05:49
Saleh Kebzabo (G) et Joseph Djimrangar Dadnadji (D), candidats à la présidentielle tchadienne.
Saleh Kebzabo (G) et Joseph Djimrangar Dadnadji (D), candidats à la présidentielle tchadienne. Montage/RFI
Par : Jean-Jacques Louarn | Bineta Diagne

L'élection présidentielle se tient ce dimanche 10 avril au Tchad. Pendant trois jours, RFI donne la parole aux quatorze candidats. Ce matin, nous écoutons deux candidats: Saleh Kebzabo, chef de file de l'opposition. Il se présente pour la troisième fois à une présidentielle, au nom de l'Union Nationale pour la Démocratie et le Renouveau. Puis nous entendrons Joseph Djimrangar Dadnadji qui préside Cap-Sur Cadre d’Action Populaire pour la Solidarité et l'unité de la République. Originaire du Sud, Joseph Djimrangar Dadnadji est un ancien Premier ministre. Il a démissionné du MPS, le parti d'Idriss Déby Itno, en janvier 2015 pour créer son parti quelques mois plus tard.

Publicité

Saleh Kebzabo

« Les Tchadiens sont mûrs pour le changement et pour l’alternance. […] Ce que nous reprochons à M. Deby, c’est d’avoir mercenarisé notre armée, pour intervenir ici et là et en profiter personnellement des dividendes. Nous allons renforcer une véritable coopération et non pas une situation de soumission d’État à État. »

Joseph Djimrangar Dadnadji

« La première mesure que je prendrai si je suis élu, c’est rétablir le fonctionnement de la République. Il faut remettre les gens au travail en mettant l’accent sur le mérite [...] Le plus grand problème chez nous c’est la justice. Mon problème, c’est de remettre la République debout... Le ciel ne tombera pas sur les Tchadiens quand Deby va perdre le pouvoir le 10 avril. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.