Accéder au contenu principal
Revue de presse Afrique

A la Une: Nigeria, vivantes jeunes filles de Chibok

Audio 04:33
© AFP/Pius Utomi Ekpei

Publicité

Une preuve de vie en images enregistrée à Noël dernier a donc été diffusée par la chaîne de télévision américaine CNN, en tout cas pour une quinzaine d’entre les 276 jeunes filles enlevées il y a deux ans à Chibok au Nigeria, où la prudence prévaut. Dans la presse, justement, le contraste est saisissant, entre les journaux occidentaux (et américains surtout) qui font grand cas de cette vidéo, et la presse africaine, qui se montre plus circonspecte.

Il faut dire, comme le souligne Le Djély, que cette preuve de vie est aussi un « symbole d’impuissance ». Car, se demande ce journal guinéen, « Peut-on (…) se réjouir d’une simple preuve de vie ?  De la part (…) des autorités du Nigéria et de son armée en particulier, il n’y a aucune fierté à tirer du fait que ces pauvres jeunes filles soient encore en vie. Car cela ne dépend en réalité que du bon vouloir des ravisseurs. Mais au-delà du Nigéria, complète Le Djély, c’est le bilan de la lutte contre Boko Haram que mènent tous ensemble, le Tchad, le Cameroun, le Niger et le Bénin qui se trouve écorné. On ne peut pas en effet comprendre que toute cette coalition, soutenue par de grandes puissances telles les Etats-Unis et la France, n’ait toujours pas réussi à libérer ces filles. (…) Le paradoxe entre, d’une part la détermination affichée et les ressources mises en jeu, et de l’autre le piteux résultat, est tel qu’on est obligé de donner du crédit aux accusations selon lesquelles, il n’y a pas de volonté politique sincère et authentique. C’est à croire qu’il est davantage question de posture que d’engagement réel. (…) En cela, le désintérêt (pour) la marche que les familles des victimes ont organisée hier (au Nigeria) est suffisamment illustratif », soupire le journal guinéen en ligne.

IBK : prompt rétablissement

Emotion au Mali, après l’annonce de l’intervention chirurgicale subit par le chef de l’Etat. Le président Ibrahim Boubacar Keita a été opéré à Paris d’une tumeur à la gorge. Et à en croire Malijet, sa convalescence se passe bien. « Il répond au téléphone, il lit, mais il reçoit très peu », affirme le journal en ligne. IBK « reste par ailleurs en contact avec les autorités françaises, notamment l'Elysée. Il pourrait même avant son retour à Bamako (dont la date n'est pas encore connue), rendre publiquement hommage aux trois militaires français de l'opération Barkhane tués cette semaine dans le nord du Mali », ajoute Malijet. Qui souligne qu’à Bamako, « c'est l'union sacrée dans l'épreuve. Parti politique de la majorité, de l'opposition, association, citoyen lambda : tout le monde souhaite un prompt rétablissement au chef de l'Etat ».

« Et un bon retour à Koulouba le plus rapidement possible », ajoute, de son côté, le portail Maliweb, qui pavoise ce matin, drapeau malien au vent sur fond de ciel bleu !

Congo : Sassou imperturbable

Au Congo Brazzaville, une mission humanitaire de l'organisation Caritas Congo a commencé à se déployer hier, dans le département de Pool. Objectif, évaluer les conséquences sur les populations des opérations militaires toujours en cours dans la région, dans la perspective du déploiement d’une éventuelle mission humanitaire.
Justement, le site Internet du Secours catholique Caritas France relaie le récent message de la section française de la coalition « alternance démocratique en Afrique ». Cette section, qui a pour nom « Tournons la Page », a adressé une lettre ouverte à François Hollande pour lui demander de « rejeter » publiquement la réélection, le 20 mars dernier, du président Sassou Nguesso au premier tour de la présidentielle avec plus de 60% des suffrages.

Mais pendant que cette mission de Caritas se déploie dans le Pool, les préparatifs de l’investiture de Denis Sassou N’Guesso vont bon train dans la capitale congolaise. Pour Les Dépêches de Brazzaville, demain, 16 avril 2016, s'écrira une « nouvelle page » de l’Histoire du Congo avec la prestation de serment du président. Un évènement qui sera vécu par la « grande majorité » des Congolais comme un « moment de joie, mais aussi d'espoir », estime le quotidien congolais. Qui rappelle les « engagements pris de façon solennelle par le premier président de la Nouvelle République », les « idées généreuses » émises lors de cette campagne et qui témoignent d'une « volonté de progrès » que « rien » ne devrait « arrêter, ni même freiner » dans les « mois à venir », veut croire le journal Les Dépêches de Brazzaville.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.