Accéder au contenu principal
Bonjour l'Europe

Russie: cette loi qui interdit la «propagande homosexuelle»

Audio 03:26
Le 17 mai est la journée mondiale de lutte contre l’homophobie.
Le 17 mai est la journée mondiale de lutte contre l’homophobie. REUTERS/Jean-Paul Pelissier
Par : Muriel Pomponne
7 mn

En Russie, une loi contre « la propagande homosexuelle devant mineurs », interdit de facto toute manifestation pour les droits des homosexuels. Cette loi a beaucoup fait parler d'elle lorsqu’elle est sortie en juin 2013.

Publicité

De notre correspondante à Moscou,

La loi russe de 2013 prévoit que la « propagande pour les relations sexuelles non traditionnelles devant mineur » est passible d’une amende et de prison. Les termes employés ont conforté les Russes dans l’idée que l’homosexualité était quelque chose d’anormal, voire de pervers et introduit l'amalgame avec la pédophilie. Les personnes homophobes se sont donc sentis légitimées et se sont permis des actes parfois violents à l’égard des homosexuels.

Selon un récent sondage, 81% des Russes considèrent les relations homosexuelles comme répréhensibles. Les manifestations militantes sont quasiment systématiquement interdites, ou réprimées, comme ce fut le cas l'année dernière lors de la journée mondiale contre l'homophobie.

L'homosexualité, sujet tabou en Russie

Il est donc difficile d’afficher ouvertement son homosexualité en Russie, même si l'homosexualité n’est pas interdite, comme c’était le cas à l’époque soviétique. Il existe même une scène gay importante et très vivante en Russie, et pas seulement dans les grandes villes.

Mais aujourd’hui certains hommes politiques et hommes d’églises aimeraient imposer une interdiction totale. Vladimir Poutine avait déclaré en 2014 à l’approche des Jeux olympiques, que la Russie était un pays sûr pour les homosexuels. Un durcissement de la loi lui apporterait des soucis diplomatiques supplémentaires. De plus, certaines personnalités connues sont homosexuelles.

Pression en faveur d'un durcissement de la loi de 2013

Il existe une forte pression en faveur d’un durcissement de la loi de 2013, de la part des deux extrêmes : d’un coté le parti communiste, de l’autre l’église orthodoxe. Pour un député, « l'absence de reproduction humaine, du point de vue biologique, c'est la même chose que la mort. Donc l'homosexualité est une menace mortelle pour toute l'humanité ». Et il juge « la loi de 2013 trop peu efficace ».

Pour le patriarche Cyrille, la légalisation des unions homosexuelles est une preuve de décadence de la société, qui contribue a attirer de nouveaux membres vers le goupe Etat islamique. Selon lui, les terroristes montrent du doigt la façon dont cette civilisation impie se développe, alors que eux, « invitent à construire le monde de Dieu ».

Les autorités russes ambigües sur l'homosexualité

Les autorités ont une attitude pour le moins ambigüe. Récemment le Conseil de l’Europe a adopté une stratégie des droits de l’enfant, sur laquelle la Russie a émis des réserves, en raison de la mention de la discrimination des enfants LGBT. La délégation russe a parlé de propagande agressive d’un mode de vie qui n’est pas partagé par tous les pays européens, au détriment des valeurs traditionnelles et religieuse.

En fait la position des autorités russes est politique. Elle se situe dans une logique de confrontation avec l’Occident. Comme à l’époque soviétique, l’homosexualité est considérée comme un signe de décadence, capitaliste et occidentale, en tout cas étrangère.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.