Chronique des médias

Le nouveau régime minceur de la BBC

Audio 02:44
Logo de la BBC à Londres, le 12 novembre 2012
Logo de la BBC à Londres, le 12 novembre 2012 AFP/AFP/Archives

La BBC, chaîne publique de radio-télévision britannique est engagée dans une réforme de sa gouvernance pour réaliser de drastiques économies sur son fonctionnement.

Publicité

Pour faire face aux exigences de réduction de coûts drastiques que lui impose le gouvernement conservateur - 700 millions de livres sterling par an d’ici à cinq ans -, la BBC cherche des sources d’économies un peu partout : elle a déjà annoncé la fermeture de son site de voyage et de son site de gastronomie aux 11 000 recettes, BBC Food, suscitant d’ailleurs une pétition qui a recueilli près de 200 000 noms sur change.org. Selon le quotidien The Guardian, elle projette aussi la fusion de ses deux chaînes d’info BBC News et BBC World News et la création d’une chaîne unique pour le Royaume-Uni et l’étranger. L’information de la BBC, qui emploie 7400 des 18 000 salariés du groupe, doit rogner 80 millions de livres par an sur ses dépenses d’ici à quatre ans. La fusion pourrait donc être une solution.

La chasse aux coûts devrait être d’autant plus forte que sur 5 milliards de livres de budget, 650 millions devront être dégagés par la BBC pour permettre aux personnes de plus de 75 ans de continuer à être exonérées de redevance, comme le demande l’Etat. Pour avoir les mains libres dans la gestion du groupe public, le gouvernement est en train de procéder à une réforme de sa gouvernance. La semaine dernière, David Cameron s’est opposé à son ministre de la Culture, le thatchérien John Whittingdale, qui voulait contrôler sinon la totalité au moins la majorité du conseil d’administration de la BBC. Si le Premier ministre a accepté que le gouvernement ne contrôle plus que la moitié de ce conseil, dont le président, c’est qu’il ne veut pas ouvrir un deuxième front alors même que tous ses efforts sont tournés vers le référendum sur le Brexit du 23 juin.

Mais l’indépendance de la BBC est-elle pour autant préservée ? Au lieu d’avoir un « Trust », un conseil de surveillance nommé par le gouvernement, qui contrôle le budget de la BBC et désigne son patron ; et un conseil exécutif indépendant qui décide des programmes, le groupe devrait avoir un conseil d’administration unique tandis que l’Ofcom, l’autorité de régulation, jouerait le rôle du CSA. L’autorégulation de la BBC sera ainsi terminée. Le gouvernement se dit très attaché à prévenir les dérives budgétaires. Il demande d’ailleurs que les salaires des animateurs qui gagnent plus que le directeur général Tony Hall soient rendus publics. Un livre blanc prévoit aussi des objectifs en faveur de la diversité. En 2020, la moitié des personnes apparaissant à l’antenne devront être des femmes, 15% des minorités visibles, 8% des handicapés et 8% des LGBT, des lesbiennes, gays bisexuels ou transgenres. Décidemment, la BBC voit son avenir en chiffres.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail