Chronique des matières premières

La Chine sauve le porc européen

Audio 01:52
La Chine importe de plus en plus de porc, notamment auprès des éleveurs européens.
La Chine importe de plus en plus de porc, notamment auprès des éleveurs européens. Getty Images/StockImage/Ronald Wittek

La Chine connaît une pénurie de viande porcine et pourrait devenir le premier importateur mondial de porc cette année, ce qui soulage un peu les éleveurs européens.

Publicité

La Chine sauve le porc européen, qui trouve un débouché inespéré dans l'Empire du Milieu. La Chine produit pourtant grosso modo la moitié du porc mondial (54 millions de tonnes en 2015), mais cette production est en déclin depuis l'an dernier. Cinq millions d'élevages familiaux ont fermé en 2015 en Chine, après deux années de prix bas : les petits éleveurs ont été incapables de mettre les porcheries aux nouvelles normes environnementales imposées par Pékin, qui les a chassés des abords des villes. De plus les prix du maïs donné aux cochons ont augmenté, les autorités ayant cessé de subventionner cette culture. Par là-dessus une nouvelle épidémie de la maladie de l'oreille bleue a décimé la population de porcelets, que les engraisseurs s'arrachent à prix d'or.

Pékin encourage les importations

En tout la Chine a perdu 6,5 % de sa production porcine l'an dernier (3,7 millions de tonnes, l'équivalent de la production espagnole). Les prix du porc ont augmenté de 40% en un an mais nombre de petits producteurs chinois, qui étaient pourtant les plus à même d'augmenter la taille des élevages dès que les prix remontaient, ont abandonné définitivement cette activité.
Pour ne pas laisser l'inflation s'aggraver, le porc pesant pour un tiers dans le panier alimentaire chinois, Pékin a encouragé les importations dans des quantités impressionnantes, quitte à financer le stockage de la viande congelée. 1,5 million de tonnes de viande porcine ont franchi les frontières chinoises l'an dernier en incluant les abats ; 1,8 million de tonnes sont anticipées cette année, sans compter Hong Kong. La Chine est sur le point de devenir le premier importateur mondial de porc, devant le Japon.

600 000 tonnes de porc européen dans les assiettes chinoises

Ses fournisseurs ? A 70% des pays d'Europe l'an dernier. Le porc américain ou canadien était trop cher. Près de 600 000 tonnes de porc allemand, néerlandais, espagnol, et secondairement de porc français se sont retrouvées dans les assiettes des Chinois. Presque l'équivalent du marché russe (700 000 tonnes de porc européen), fermé pour cause d'embargo. Un véritable bol d'air pour la filière porcine européenne, qui croulait sous les excédents. Si le prix du porc européen est resté au-dessus d'un euro le kilo, résume l'expert des viandes Jean-Paul Simier, c'est grâce à la Chine.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail