Chronique sciences

Agroforesterie, le cas de la Côte d'Ivoire

Audio 02:29
La forêt des Marais Tanoé-Ehy (Côte d'Ivoire).
La forêt des Marais Tanoé-Ehy (Côte d'Ivoire). © UICN Nicolas Salaün

L'agroforesterie permet d'associer sur un même terrain des arbres et des cultures. Les arbres fournissent de nombreux services : ils améliorent la structure du sol, la ressource en eau et permettent d'obtenir des engrais verts. Les arbres protègent le sol de l’érosion, en améliorent la fertilité, procurent de l’ombre aux plantes qui ne supportent pas le plein soleil ainsi qu’aux hommes et animaux domestiques, diminuent les effets néfastes du vent, retiennent l’humidité. C'est en fait une pratique très ancienne, qui a plus ou moins résisté selon les régions du monde. Dans les pays du Nord, elle a souvent cédé à l'agro-industrie : la mécanisation est incompatible avec la présence d'arbres dans les champs.

Publicité

L'agroforesterie est encore très répandue dans les pays du Sud, mais pas partout : en Côte d'Ivoire, par exemple, les grands champs de monocultures ont envahi de larges parties du pays. Mais un groupe de chercheurs fait tout pour réintroduire cette pratique. Reportage aux abords de la forêt des Marais Tanoé-Ehy, une forêt de 12 000 hectares, situé à l'est du pays, et qui a échappé à l'agro-industrie en raison des difficultés d’accès.

Pour aller plus loin :

http://www.ffem.fr/accueil-FFEM/PPI

http://www.uicn.fr/Programme-Petites-Initiatives.html

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail