Accéder au contenu principal
Invité Afrique

Lidi Bessi Kama-Gumedzoe: «La plupart des jeunes sportifs veulent gagner à tout prix»

Audio 05:00
Lidi Bessi Kama-Gumedzoe: «La plupart des jeunes sont influencés par les images qu’ils regardent dans les médias, à la télévision et sur internet»..
Lidi Bessi Kama-Gumedzoe: «La plupart des jeunes sont influencés par les images qu’ils regardent dans les médias, à la télévision et sur internet».. © Dr Bessi Kama Lidi épouse Gumedzoe

Des pays africains seront-ils privés de Jeux olympiques en raison de leurs manquements dans la lutte contre le dopage ? Le Kenya, l’Ethiopie et l’Afrique du Sud, ces trois pays qui représentent plus de la moitié des médailles olympiques africaines, sont suspectés de fermer les yeux sur les pratiques dopantes. Le Kenya, en particulier, a été sommé de durcir sa législation en urgence sous peine d’exclusion des JO. Mais derrière ces législations, souvent, la lutte anti-dopage manque de moyens financiers, techniques et humains dans les pays africains, où les jeunes sont soumis à de fortes pressions pour réussir dans le sport. François Mazet en parle avec Lidi Bessi Kama, épouse Gumedzoe, médecin du sport, médecin militaire togolaise et présidente de l’Organisation régionales antidopage (Orad) Afrique Zone II et III, le bureau sous-régional de l’Agence mondiale anti-dopage, basé à Niamey et qui couvre dix pays francophones ouest-africains.

Publicité

« La plupart des jeunes sportifs veulent gagner à tout prix. Et pour gagner à tout prix, on est souvent tenté de recourir à des pratiques qui ne sont pas très orthodoxes. Donc, nous nous armons pour freiner cet élan-là, parce que le dopage aujourd’hui, n’est plus tellement limité dans le milieu sportif, mais cela devient un problème sociétal. […] La plupart des jeunes sont influencés par les images qu’ils regardent dans les médias, à la télévision et sur internet. Ils veulent forcément avoir une belle anatomie et s'adonnent donc au culturisme. Qui parle de culturisme n’est pas trop éloigné de l’usage des anabolisants, des stéroïdes. Je crois que cela prend de plus en plus d’ampleur, il faut vraiment que l’on se réveille. Il faut vraiment que l’on mette l’accent sur l’éducation et sur la sensibilisation. Et ne pas oublier tous les sportifs professionnels en leur faisant de temps de temps des contrôles inopinés… »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.