Chronique des médias

Canal+ ou la fin d’un modèle non crypté

Audio 02:45
DR

Stratégies, évoque la chaîne française Canal + qui revoit ses tranches en clair et donc son modèle économique." > Ce samedi 4 juin, Amaury de Rochegonde, de l’hebdomadaire Stratégies, évoque la chaîne française Canal + qui revoit ses tranches en clair et donc son modèle économique.

Publicité

Y a-t-il encore des stars de la télé sur Canal + ? Après les départs pour TF1 de Yann Barthès, le présentateur du Petit Journal, puis de Bruce Toussaint, le journaliste d’iTélé pour France 5, ou encore d’Ophélie Meunier pour M6, c’est au tour de Maïtena Biraben et d’Ali Baddou, les présentateurs du Grand Journal et du Supplément, toujours sur Canal, d’annoncer leurs départs. Si l’on ajoute à cela un quart des contrats de la rédaction d’iTélé qui ne devrait pas être reconduit, ce qui va d’ailleurs entraîner le vote d’une motion de défiance, on se retrouve avec le sentiment que le groupe dirigé par Vincent Bolloré ne sait pas retenir ses reporters et ses animateurs vedettes. Un choix parfaitement assumé puisque son obsession est de réaliser des économies sur ses programmes en clair, en réduisant leur exposition au profit des abonnés bien sûr, mais aussi de la chaîne D8 et de son animateur Cyril Hanouna, dont l’émission collecte près de la moitié des recettes publicitaires de la chaîne.

L’argument, après tout, se tient. « Pour un abonné, il est difficile de comprendre qu’il a sur sa chaîne payante 6 heures de contenu gratuit quotidien »,a expliqué mercredi devant les députés le président de Canal +, Jean-Christophe Thiery. La chaîne, qui a perdu 500 000 abonnés depuis cinq ans, veut donc revoir la durée de ses plages en clair et renforcer son offre premium à destination des abonnés. Elle estime que le piratage lui a coûté un demi-million d’abonnements ces dernières années et que la concurrence des plateformes Netflix, Amazon ou Apple menace directement son modèle économique. D’ailleurs, ses pertes s’aggravent si l’on en croit les chiffres donnés par la direction : - 264 millions d’euros l’an dernier, - 408 millions attendues cette année, même si cela ne tient pas compte de Canalsat, nettement plus en forme.
 
Heureusement que le groupe Canal + peut compter sur l’Afrique, toujours en pleine croissance avec ses deux millions d’abonnés. Le groupe vient d’ailleurs de renouveler les droits du championnat anglais pour le continent. De façon globale, il attend le feu vert de l’Autorité de la concurrence pour conclure son partenariat avec BeIN Sports et créer une nouvelle offre à la carte. Dans un rapport confidentiel révélé par BFM Business, le Conseil supérieur de l’audiovisuel vient d’émettre des réserves à ce sujet en craignant « un risque d’incitation à la collusion » sur les droits sportifs, si les deux alliés s’entendent au détriment des fédérations. Et il s’inquiète que ces droits soient moins volontiers revendus à des chaînes gratuites, au détriment du téléspectateur.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail