Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

Acier: le bras de fer sino-américain se durcit

Audio 01:43
Une acierie dans la province du Hebei, en Chine.
Une acierie dans la province du Hebei, en Chine. Reuters/Petar Kujundzic

Le contentieux de l'acier pèse sur les discussions entre la Chine et les Etats-Unis à Pékin.

Publicité

Le « dialogue stratégique et économique » entre Pékin et Washington s'est transformé en bras de fer sur l'acier. Dès son arrivée dans la capitale chinoise, le secrétaire américain au Trésor Jacob Lew a dénoncé la persistance des excédents chinois d'acier qui, dit-il, « faussent et nuisent au marché ».

La Chine a promis de fermer des aciéries, devenues beaucoup trop nombreuses, mais elle continue d'exonérer de taxes l'acier chinois exporté, une façon de se débarrasser du surplus, sans supprimer trop d'emplois en Chine. Un dumping dénoncé par les industriels de l'acier en Europe. Mais c'est aux Etats-Unis que le refrain a le plus d'écho, en pleine campagne électorale.

Le gouvernement démocrate ne veut pas être en reste face aux harangues du candidat républicain Donald Trump contre la Chine, il a décidé de faire passer à 500% les taxes sur l'acier laminé à froid chinois, qui étaient déjà passées à 300% en mars dernier. On pourrait même s'acheminer vers un embargo total des Etats-Unis contre l'acier chinois pour vol de procédé industriel de la part de filiales américaines d'entreprises chinoises du secteur.

Ces sanctions américaines réjouissent déjà les géants américains de l'acier : ils avaient essuyé des pertes l'an dernier, et licencié des milliers de salariés, mais depuis quelques semaines, US Steel vend son acier américain 60% plus cher, les importations chinoises ayant été découragées.

En revanche les industriels du bâtiment, les fabricants de pipelines, les constructeurs automobiles ou d'électroménager font la grimace aux Etats-Unis devant l'augmentation soudaine de leurs coûts, ils avaient bénéficié de l'acier chinois bon marché. Déjà le fabricant de climatiseurs Carrier a délocalisé plus d’un millier d’emplois de l'autre côté de la frontière mexicaine.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.