Chronique des médias

Les euros de l’Euro

Audio 02:35
DR

Stratégies, du coût de la diffusion du football au lendemain de la première rencontre France-Roumanie diffusée sur TF1." > Nous parlons avec Amaury de Rochegonde, de l’hebdomadaire Stratégies, du coût de la diffusion du football au lendemain de la première rencontre France-Roumanie diffusée sur TF1.

Publicité

Cela n’a rien d’inhabituel, le premier match de l’Euro en France a été diffusé sur la plus grande chaîne d’Europe, TF1. C’était également le cas il y a quatre ans. Ce qui est plus nouveau, c’est que la finale, le 10 juillet, ne sera pas diffusée sur la chaîne leader mais sur M6, qui avait pour slogan 0 % de foot lors de la Coupe du Monde 98. C’est là le résultat d’un tirage au sort, un pile ou face, qui a été défavorable à TF1 cette année. Les deux chaînes ont payé chacune 25 millions d’euros pour avoir la moitié des 22 principales rencontres. Et TF1 a allongé quelque 5 millions supplémentaires pour avoir onze matchs de plus. Ce qui l’amène à payer pour cet Euro une trentaine de millions d’euros sans espoir de retour sur investissement. Nicolas de Tavernost, le patron de M6, le reconnaît franchement : « Le sport en général n’est pas bon pour le porte-monnaie. Vous perdez de l'argent. » En 2014, par exemple, pour la Coupe du monde au Brésil, TF1 en a été de sa poche pour 30 à 35 millions d’euros, une fois engrangées les recettes publicitaires.

Alors pourquoi les grandes chaînes gratuites privées diffusent-elles ce sport ? D’abord parce que l’Euro apporte un statut : celui de grande chaîne généraliste incontournable. Ensuite, parce que face à l’émiettement des audiences, ce qui n’a pas de prix aux yeux des annonceurs, c’est de montrer qu’on est capable de réunir au même moment 15 millions de personnes pour un quart de finale. Pourtant, rien n’est acquis. En Allemagne, les deux grandes chaînes privées RTL et Prosieben ont préféré cette année se passer d’Euro, pour faire des économies. En Espagne, Mediaset a racheté 23 matchs, notamment bien sûr ceux de la sélection nationale, mais l’UEFA a finalement décidé de diffuser gratuitement sur Internet les matchs restants, faute d’acheteurs parmi les diffuseurs.

En France, la chaîne payante Beinsports a elle payé 60 millions d’euros pour avoir les 51 matchs de la compétition avec l’objectif avoué de passer de 2,5 à 3 millions d’abonnés à 13 euros par mois. L’enjeu est d’autant plus important que la chaîne qatarie s’est vu refuser jeudi par l’Autorité de la concurrence son accord de distribution exclusive sur Canal+ qui lui aurait rapporté 300 millions d’euros par an, ce qui lui aurait permis de résorber ses pertes. Elle doit donc engranger un maximum d’abonnés à mesure que les gens se rendront compte que c’est le seul moyen de suivre leur équipe favorite. Mais pourra-t-elle longtemps proposer un tarif aussi attractif pour le sport ? Son actionnaire al-Jazeera n’a pas l’air de vouloir jouer les prolongations…

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail