L'Épopée des musiques noires

Branford Marsalis

Audio 26:30
Branford Marsalis.
Branford Marsalis. © Palma Kolansky

Bien qu'il se soit illustré dans des contextes sonores bien différents, le saxophoniste américain Branford Marsalis n'avait jamais fait appel à un chanteur pour l'un de ses albums... C'est après avoir rencontré le sémillant Kurt Elling en 2013 à Washington que l'idée de produire un disque avec un maestro de l'art vocal s'est imposée d'elle-même. Rien n'était planifié, tout s'est déroulé naturellement sans répétitions intensives. Le talent de chacun des protagonistes a permis l'enregistrement rapide et mélodieux d'une œuvre qui fera date. «Upward Spiral» (Okeh/Sony Music) est une réussite ! Mais qui en aurait douté ?

Publicité

 

Branford Marsalis et Kurt Elling.
Branford Marsalis et Kurt Elling. © Palma Kolansky

Depuis des décennies, la famille Marsalis fait scintiller la culture néo-orléanaise à travers la planète. Branford Marsalis ne veut pourtant pas se présenter comme un gardien de la tradition. Il se contente de jouer le jazz avec conviction sans chercher ostensiblement à préserver un patrimoine. Son savoir et ses racines crédibilisent son discours et ses choix artistiques. Qu'il évolue dans l'univers classique, qu'il rende hommage à John Coltrane ou qu'il s'amuse à épouser les ornementations vocales de Kurt Elling, sa virtuosité fait mouche. La pertinence de son art le hisse au rang des grandes figures de «L'épopée des Musiques Noires». 

Derrière cette sympathique nonchalance, un formidable instrumentiste cisèle ses compositions et peaufine son image. En toute décontraction, Branford Marsalis écrit les différents chapitres d'une aventure musicale exigeante. Bien qu'il s'y refuse, se considérant trop jeune pour y réfléchir (il a 55 ans), il nourrit l'histoire du jazz et lui donne du relief à une époque où l'écoute furtive de la musique pénalise les vrais créateurs. Finalement, Branford Marsalis détricote consciencieusement les clichés et poncifs associés au jazz. Le militantisme musical est, à ses yeux, un contresens. Certes, ses aînés étaient des hommes en colère, mais leur musique restait enjouée et profondément vivante. Les soubresauts de la société n'ont pas altéré la ferveur sonore du jazz d'antan.
 

Wynton Marsalis et Branford Marsalis en concert.
Wynton Marsalis et Branford Marsalis en concert. www.branfordmarsalis.com

Que l'on valide ou non cette opinion tranchée, accordons-lui le crédit d'une lecture savante. Branford Marsalis connaît sur le bout des doigts la vie tumultueuse de ses illustres prédécesseurs, et peut en conter chaque épisode dans le détail. Comme son frère Wynton, il veut attiser la curiosité des plus jeunes à cette forme d'expression séculaire et parvenir à capter leur attention. Un vrai défi à l'heure du zapping effréné et de la consommation distraite de la musique. Gageons que les mélodies interprétées par Kurt Elling et Branford Marsalis susciteront l'intérêt et ouvriront les oreilles de quelques auditeurs curieux. Nous en faisons le vœu !

Branford Marsalis se produira avec Kurt Elling au chant, les 27 et 28 juin 2016, au New Morning à Paris, puis en Allemagne, Pologne, Bulgarie, Danemark, Pays-Bas, Italie, Turquie, Norvège, Espagne et Portugal, notamment...
 

Le site de Branford Marsalis
  

www.branfordmarsalis.com

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail