Accéder au contenu principal
7 milliards de voisins

Enfants sans identité, quelles solutions pour l’avenir de ces enfants fantômes ?

Audio 49:30
Enfants à Kolda en Casamance.
Enfants à Kolda en Casamance. RFI/Charlie Dupiot

Au Sénégal, plus d’un quart des enfants ne sont pas enregistrés à la naissance. Mais, dans certaines localités en Casamance, un enfant sur deux n'a pas d'identité et l'état civil est loin d'être une priorité pour des parents sans moyens. Ces enfants «fantômes» comme on les appelle, peuvent accéder à l'école primaire, mais n'ont pas le droit de passer l'examen de fin de CM2, faute d'acte de naissance, un document obligatoire. Ils se voient donc fermer les portes du collège pour un simple papier. Quelles solutions pour leur rendre une identité ? Quelle est la situation ailleurs dans le monde où quelque 230 millions d’enfants ne sont pas enregistrés à la naissance ?

Publicité

- Charlie Dupiot, journaliste et réalisatrice du grand reportage diffusé lors de l'émission : en partenariat avec le Fonds Français Muskoka, au cœur de la Casamance, à Kolda, avec l’UNICEF

- Olivier Duval
, président du BICE (Bureau International Catholique pour l’Enfance), ONG de protection des droits de l'enfant et de lutte contre la maltraitance des enfants.


Retrouvez le rapport Situation des enfants dans le monde 2016 : pauvreté, analphabétisme et décès prématurés. Selon l’UNICEF, c’est ce qui attend les enfants les plus défavorisés de la planète.
 

Enfants sans identité, quelles solutions pour l’avenir de ces enfants fantômes ?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.