Accéder au contenu principal
Grand reportage

Au Liban-Sud, le piège des bombes à sous-munitions

Audio 19:30
Un soldat belge de l'ONU explique le fonctionnement d'une arme à sous-munitions, à Tibnin, au Liban. Photo datée du 20 avril 2007.
Un soldat belge de l'ONU explique le fonctionnement d'une arme à sous-munitions, à Tibnin, au Liban. Photo datée du 20 avril 2007. © Getty images/Mark Renders
Par : Laure Stephan
21 mn

La «guerre de 33 jours», c’était il y a dix ans, au Liban. Suite à l’enlèvement de deux de ses soldats par le Hezbollah, le 12 juillet 2006, Israël bombarde sans relâche le pays du Cèdre. Mais, il n’arrivera pas à anéantir le Hezbollah qui, pendant plus d’un mois, répond par des tirs de roquettes sur le nord d’Israël. Les frappes israéliennes feront plus de 1100 morts parmi les civils libanais, et des destructions massives, chiffrées à près de 4 milliards de dollars ; côté israélien, 162 personnes sont tuées, dont 121 militaires, par les attaques du Hezbollah.De cette guerre, le Liban a gardé un douloureux héritage, les bombes à sous-munitions. En 2006, Israël a largué plus de 2 millions de ces engins sur le sud du pays. Des engins qui continuent de faire des victimes, dix ans plus tard.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.