7 milliards de voisins

Les lycéens sans-papiers

Audio 49:30
RESF
Par : Sandrine Mercier
53 mn

La scolarisation en France est un droit pour tous les enfants jusqu’à 16 ans, qu’ils soient étrangers ou non, avec ou sans parents. Mais, quel avenir pour les collégiens et lycéens sans-papiers, qui craignent des expulsions ? Le Réseau éducation sans frontières (RESF) se bat, chaque jour, pour la régularisation de tous les jeunes scolarisés et leurs familles.

Publicité

- Marianne Cabaret-Rossi, professeure d’Histoire et militante pour le Réseau Education Sans Frontières (RESF).

- Abdoulaye Thiam, jeune Sénégalais lycéen sans-papier faisant partie du RESF. Il est en Terminale système audio, et passe son Bac à la session 2016.

- Mahamadou Tounkara, jeune ancien sans-papier. Il est désormais parrain au sein du RESF.

Le reportage d’Alice Milot au sein du RESF. Elle était, vendredi dernier (8 juillet 2016), avec Marianne Cabaret-Rossi, au Centre de réception des étrangers de l’avenue du Maine, dans le 14ème arrondissement parisien, pour accompagner de jeunes lycéens dans leur première demande de titre de séjour. A 8h du matin, devant cette antenne de la Préfecture de police, il y a déjà foule.

Et la chronique « Bourses d'études » de Sinatou Saka, journaliste à RFI.
Les bourses de Master 2 et de doctorat offertes aux étudiants africains par le service des échanges universitaires allemand et l'Institut Sénégalais de Recherches Agricoles (ISRA) à Dakar.

> Attention les Sénégalais ne sont pas concernés. L’objectif est de favoriser la mobilité régionale en Afrique.
> Depuis 2002, le service des échanges universitaires allemand - DAAD- et l’institut sénégalais de recherches agricoles offre donc au moins 3 bourses de Master et deux bourses de thèse par an. 2 conditions : avoir une mention Assez bien en master 1 ou un diplôme d’ingénieur agronome et avoir moins de 36 ans.

Quel est le montant de la bourse ?

> La bourse de doctorat s’élève à deux cent cinquante mille (250 000) francs CFA - soit 381 euros- par mois pour les 3 ans de thèse et cent quatre-vingt-dix mille (190 000) francs CFA - soit 289 euros - par mois pour les Master 2 pendant 15 mois. Sont aussi pris en charge les billets d'avion, une couverture médicale, les frais d'inscription et les frais pédagogiques (c’est quoi ? les frais de scolarité ?).

Quels sont les domaines concernés par cette bourse ?
> Agronomie, bioclimatologie, physiologie, biochimie, génétique moléculaire, sélection et modélisation des cultures.

Comment postuler ?
Pour postuler, vous devez constituer un dossier composé :
- du formulaire à remplir
- d'un curriculum vitae clair
- du diplôme du Bac
- de vos relevés de notes et diplômes du cursus universitaire (L1, 2, 3 et M1 ou M2 pour les demandes en doctorat)
- de deux lettres de recommandation universitaires
- de plus une lettre de motivation indiquant la formation du Master souhaité

Quels conseils pouvez-vous donner aux candidats à cette bourse ?
J’ai interrogé Daniel Fonceka, chercheur au Programme de Productivité agricole en Afrique de l'Ouest. Pour lui, une mention Assez bien dans le cycle universitaire suivi, la qualité et la faisabilité du projet scientifique pour les doctorats est déterminante. Le jury sera aussi sensible aux candidatures issues de pays avec un système universitaire peu performant comme le Tchad ou la République Centrafricaine.
Membre du jury de sélection, Daniel Fonceka nous a aussi confié que les candidatures féminines sont vivement encouragées. Les voisines, n’hésitez donc pas !
J´ai aussi discuté avec Hamidou Falalou, ancien bousier et actuellement enseignant-chercheur à l´Université de Niamey. Pour décrocher cette bourse, selon lui, il faut définir un projet de thèse qui répond aux besoins du terrain (cela semble évident).

Quelle est la date limite ?
> Les voisins, vous avez jusqu’au 15 septembre 2016 pour déposer votre candidature !

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail