Invité du matin

Nathalie Goulet : «L’état d’urgence est une des réponses à [la lutte contre le terrorisme], mais ce n’est pas une réponse suffisante»

Audio 08:28
Nathalie Goulet.
Nathalie Goulet. RFI

Nathalie Goulet, sénatrice UDI de l’Orne et présidente de la Commission d’enquête du Sénat sur l’organisation et les moyens de la lutte contre les réseaux jihadistes en France et en Europe, était l'Invitée du matin de RFI ce vendredi 22 juillet.

Publicité

« L’état d’urgence est une des réponses à [la lutte contre le terrorisme], mais ce n’est pas une réponse suffisante. »

« On a aujourd’hui une amélioration de la détection des signaux faibles [...] mais plus vous détectez les signaux faibles et plus vous empiétez sur une part de votre liberté. […] On ne va pas transformer notre Etat en dictature ou en ‘big brother’ mais il faut quand même améliorer la détection de ces signaux faibles. Dans le cas de Nice, c’était franchement indétectable. »

« Il faut des moyens humains et financiers mais il faut surtout de la prévention : il faut mettre en place toute une reconstruction du lien citoyen avec ces gens qui ne se sentent pas citoyens de la République. Vous avez sur le territoire national à peu près 10 000 jeunes gens qui sont en voie de radicalisation qui ont été repérés par l’Unité Centrale de Lutte Antiterroriste (UCLAT) dont 40 % de convertis, donc il vaut mieux éviter les amalgames et l’islamophobie parce qu’il y a aussi des gens qui se convertissent pour cette mauvaise cause. »
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail