Accéder au contenu principal
Invité Afrique

Martin Bléou: «le comité d’experts va-t-il se substituer au peuple?»

Audio 03:56
Martin Bléou, ancien ministre de la Sécurité intérieure de Côte d'Ivoire.
Martin Bléou, ancien ministre de la Sécurité intérieure de Côte d'Ivoire. GEORGES GOBET / AFP
Par : Jean-Jacques Louarn
6 mn

En Côte d'Ivoire, Alassane Ouattara a confié la rédaction de la nouvelle Constitution à des experts. Le texte sera soumis à l'Assemblée nationale, avant un référendum en octobre 2016. Sont notamment prévues la création d'un poste de vice-président et d'un Sénat. L'opposition, de son côté, demande le retrait pur et simple du projet. Pour le constitutionnaliste et ancien ministre de la Sécurité intérieure Martin Bléou, au-delà du fond qui n'est pas encore finalisé, la méthode engagée par Alassane Ouattara n'est pas la bonne : le nouveau texte fondamental n'émanera pas de la société, du peuple et de ses représentants mais d'experts. Une occasion ratée de réconcilier tous les Ivoiriens.

Publicité

« Que va faire le comité d’experts ? Quel régime politique le comité d’experts va-t-il retenir ? Sera-ce la confirmation du régime présidentiel ? Irons-nous vers un régime parlementaire ? Vers un régime mixte à la française ? Est-ce qu’on sortira de la République pour aller vers l’Empire ou la monarchie ? Ce point réglé, quel sera le contenu de la nouvelle Constitution ? En principe c’est au politique, à des politiques, au corps social dans son ensemble de régler tous ces points-là. Et ces points réglés, on transmet les conclusions à des experts, à des spécialistes, à des techniciens, à des juristes, pour mettre en forme, pour écrire dans le langage juridique... »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.