Bonjour l'Europe

Embellie économique pour l'Ukraine

Audio 03:30
Le président ukrainien Petro Poroshenko ne montre pas sa volonté de lutter contre la corruption très présente en Ukraine.
Le président ukrainien Petro Poroshenko ne montre pas sa volonté de lutter contre la corruption très présente en Ukraine. REUTERS/Gleb Garanich

L’économie ukrainienne renoue avec la croissance. Après des crises à répétition pendant les deux dernières années et des conséquences dramatiques pour la population, l’économie a cru de 1,3% au second trimestre, soit la plus forte croissance depuis 2013. Est-ce une tendance sérieuse, sur le long-terme ?

Publicité

Avec notre correspondant en Ukraine, Sébastien Gobert

La reprise est peut-être sérieuse, même si le contexte reste très incertain. Ce que vit l'Ukraine aujourd'hui, c’est avant tout une stabilisation de l’économie après les terribles chocs qu'elle a connu entre 2013 et 2016. Le système économique s’est adapté à la perte du Donbass, centre minier et industriel de l’est de l’Ukraine, en guerre depuis deux ans. L’inflation est d'environ 6% en août 2016, contre plus de 60% quelques mois auparavant. Dans le même temps, la monnaie s’est stabilisée après une dévaluation historique. Depuis 2014, la hryvnia a perdu trois fois sa valeur par rapport au dollar et à l’euro. La banque nationale a reconstitué ses réserves de devises, de 5 milliards de dollars à 14 milliards.

Une stabilisation sans conséquences visibles en Ukraine

Ces données de macroéconomie n’ont pas un impact immédiat et concret dans la vie quotidienne des Ukrainiens. En plus des souffrances et sacrifices subis depuis 2013, le niveau des salaires n’a que peu évolué : le salaire moyen est toujours l’équivalent de 250 euros par mois. L'Ukraine est un pays qui s’est appauvri entre 2014 et 2016.

Quels sont les moteurs de la croissance ukrainienne ?

Les analystes identifient en premier lieu les secteurs de la construction et surtout celui des exportations comme les principaux moteurs de la croissance. L’Ukraine est une grande puissance agricole, parmi les premiers exportateurs mondiaux de céréales, d’huile de tournesol et autres produits. Des activités à haute valeur ajoutée. Mais il faut garder en tête que ce sont des secteurs très particuliers, contrôlés par des grands groupes oligarchiques, qui spéculent beaucoup. Ils ont donc peu de retombées positives sur l’ensemble de l’économie.

Ce sont surtout d’autres secteurs qui sont en plein dynamisme en Ukraine, comme ceux des nouvelles technologies, de la création de start-up, de la communication. On voit beaucoup d’initiatives bourgeonner dans le pays, certaines très prometteuses.

Mais surtout, ce qu’il faut encore rappeler, c’est que l’on assiste à une stabilisation de l’économie. Maintenant que les gros chocs sont passés, le pays revient à un rythme d’activité traditionnellement stable, dans toutes les régions.

Il est important de comprendre ici que le différentiel de développement n’est pas entre l’est industriel et l’ouest agricole, comme on le pense souvent; mais bien entre les villes et les campagnes. En règle générale, à l’Ouest comme à l’Est, en dehors des grandes agglomérations qui attirent activités et richesses, les Ukrainiens sont mal payés, les infrastructures en mauvais état et la plupart des structures de production sont archaïques. Mais cela suffit pour stabiliser l’économie et assurer une reprise statistique.

Le gouvernement n'arrive pas à combattre la corruption

La corruption est le problème fondamental de l’Ukraine post-révolutionnaire. Le FMI et plusieurs soutiens internationaux de l’Ukraine ont d’ailleurs suspendu leur aide financière en exigeant de sérieuses réformes du gouvernement. Celui-ci avance que de réels changements sont difficiles à mettre en oeuvre en période de guerre. Sauf que non seulement l’oligarchie perdure et la corruption ne faiblit pas, mais rien n’indique que l’exécutif, le président Petro Porochenko en premier, veuillent réellement lutter contre la corruption endémique dans le pays. Cela nuit aux Ukrainiens d’innombrables manières, mais en plus cela décourage les investisseurs internationaux. C’est en fait là un des indicateurs les plus importants : s’il n’est pas possible, à cause de la corruption, de garantir des investissements productifs dans un futur proche, qui modernisent et transforment l’économie, il sera impossible d’envisager une quelconque croissance sur le long-terme en Ukraine.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail