Bonjour l'Europe

La Grèce relance le dossier des réparations de guerre allemandes

Audio 02:53
Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a choisi de relancer l'affaire la semaine dernière, lors d'une commémoration en hommage aux victimes des nazis en Grèce.
Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a choisi de relancer l'affaire la semaine dernière, lors d'une commémoration en hommage aux victimes des nazis en Grèce. REUTERS/Alkis Konstantinidis

En Grèce, le gouvernement veut faire des réparations de la Seconde Guerre mondiale qu'elle réclame à l'Allemagne, l'un des dossiers de la rentrée. Un contentieux vieux de 70 ans.

Publicité

De notre correspondante à Athènes,

Le Premier ministre Alexis Tsipras a choisi de relancer l'affaire des réparations de guerre allemandes lors d'une commémoration en hommage aux victimes des nazis en Grèce. Il s'est rendu dans le village de Kommeno, en Grèce continentale, où 317 personnes ont été massacrées par les troupes d'occupation nazies. Dans un discours, il a déclaré que la Grèce ferait « tout ce qui est possible au niveau diplomatique et si nécessaire légal » pour obtenir ces réparations de guerre. Il a notamment fait référence a un rapport remis par une commission parlementaire fin juillet.

La Grèce réclame à l'Allemagne 270 milliards d'euros

Le montant du remboursement est fixé à 269,5 milliards d'euros sur la base d'un calcul de la comptabilité nationale grecque. On n'est donc pas loin du montant de la dette grecque actuelle, qui dépassé les 300 milliards d'euros. Selon le président de la commission parlementaire Mitafidis Triantafyllos, il y a tout d'abord le remboursement d'un prêt forcé qui est évalué aujourd'hui à 10 milliards d'euros, sans les intérêts. Il y a aussi les réparations pour les victimes. On parle de 300 000 personnes décimées par la famine provoquée les restrictions de l'armée nazie. Le rapport parle d'une réduction de la population de 17 %. Et « il faut y ajouter les travailleurs forcés », explique Mitafidis Triantafyllos, « et les vols de vestiges archéologiques ».

Accords de Londres de 1953, le point névralgique

Pour les Grecs, légalement, un remboursement aurait dû avoir lieu dans les années 1990. C'est en tout cas ce qui était prévu par les accords de Londres, signés en 1953. Il s'agissait d'éviter de répéter les erreurs du traité de Versailles. Après la Première Guerre mondiale, il avait été accusé d'être trop dur pour l'économie allemande et la population et d'avoir fait plonger l'Allemagne dans le nazisme. Le traité de Londres prévoyait donc, d'attendre le traité de paix qui marquerait la réunification des deux Allemagne pour débuter le remboursement. Or, lors de cette réunification, le mot « paix » n'a pas été inclus dans le traité et le remboursement n'a donc pas eu lieu.

Depuis son arrivée au pouvoir, Alexis Tsipras a relancé le sujet à plusieurs reprises. C'est un thème important pour le parti au pouvoir. L'ancien député et cofondateurs de Syriza, Manolis Glezos, en avait fait un de ses chevaux de bataille. Ce résistant est connu pour avoir placé un drapeau grec en haut de l'Acropole pendant l'occupation nazie. Il a depuis quitté la gauche radicale. Aujourd'hui, Alexis Tsipras se veut rassembleur sur ce sujet, parlant de « stratégie nationale », même s'il refuse d'y lier les négociations pour l'aide à la Grèce. En réalité, depuis les premiers plans d'aide et la fermeté allemande sur les questions de la dette grecque, le sujet a pris une autre dimension et a gagné en popularité.

L'Allemagne a-t-elle une dette de guerre ?

Mais les Allemands ne semblent pas touchés par les arguments grecs. Pour eux, tout cela appartient au passé. C'est ce qu'a répété une nouvelle fois le porte-parole du gouvernement allemand vendredi dernier. Pour Steffen Seibert, la position du gouvernement allemand est « très claire ». Il a expliqué que « la question des réparations allemandes a été traitée du point de vue légal comme du point de vue politique ». En Grèce, elle devrait être au cœur d'un débat au Parlement prévu courant septembre.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail