Les grandes voix de l'Afrique

Léon-Gontran Damas: un homme au carrefour des frustrations

Audio 49:30
Editions Gallimard

L’histoire personnelle de Léon-Gontran Damas le prédisposait à la poésie de révolte. Né en 1912 en Guyane d’un père mulâtre européen-africain, et d’une mère métisse amérindienne-africaine originaire de la Martinique, il se révolte avec violence contre l'éducation créole, sorte de «camisole de force» imposée par l'acculturation. Il fit à Paris des études de droit, puis à l'École des langues orientales de russe, de japonais et de baoulé. Un de ses grands thèmes est la honte de l'assimilation. Engagé dans la politique, il fut député de Guyane.L’école coloniale française promeut une petite partie de la jeunesse colonisée afin de l’assimiler, et d’en faire la future élite destinée à encadrer les populations des colonies. Les plus doués des jeunes scolarisés parviennent, à la fin des années 1920, dans les classes préparatoires des lycées parisiens. Léopold Sédar Senghor (1906-2001), Sénégalais, et Aimé Césaire (né en 1913), Martiniquais, font connaissance en 1932 au Lycée Louis-le-Grand, à Paris. Ils fondent le Mouvement de la Négritude. Léon-Gontran Damas est le tout premier à publier dans cette orientation ; il le fait avec virulence. Ce sera le recueil Pigments publié en 1937.