7 milliards de voisins

Sécurité à l’école: les sanctuaires de la République peuvent-ils résister au stress terroriste?

Audio 49:30
Des officiers de sécurité à l'entrée du campus de l'école polytechnique de Kano, dans le nord du Nigeria, après l'attentat-suicide perpétré par une femme, le 30 juillet 2014.
Des officiers de sécurité à l'entrée du campus de l'école polytechnique de Kano, dans le nord du Nigeria, après l'attentat-suicide perpétré par une femme, le 30 juillet 2014. REUTERS/Stringer

Dans des pays touchés par la menace terroriste, comment permettre aux élèves de travailler dans un climat serein pour réussir ?

Publicité

Avec :

- Valérie Sipahimalani, secrétaire générale adjointe au Syndicat national des enseignements de second degré (SNES)
- Jean Jacques Renard, vice-président de la Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE)
- Philippe Tournier, secrétaire général du Syndicat national des personnels de direction de l’éducation nationale (SNPDEN)
- Patricia Garouste, psychologue scolaire et membre de l’Association Française des Psychologues de l’Education Nationale (AFPEN)
- Batya Hoenel Shleider, professeure de biologie au lycée Hartman en Israël

Et la chronique « Bourses d'études » deSinatou Saka, journaliste à RFI :
Les bourses pour les leaders africains géré par le bureau canadien de l’éducation internationale, l’Institut d’administration publique du Canada, l’Association africaine pour l’administration publique et le management et l’Association canadienne des programmes en administration publique.

> Le Bureau canadien de l’éducation internationale (BCEI) est une organisation nationale et non gouvernementale à but non lucratif qui se consacre à l’éducation dans le monde. Ce bureau gère ce programme de bourses, créé après la mort de Nelson Mandela, en hommage à son action.

Qui est concerné par cette bourse ?
> 60 bourses à des jeunes de 22 à 35 ans, qui résident en Afrique subsaharienne pour des études au Canada pendant 2 ans, afin d’obtenir un master d’administration, de politique ou de finances publiques.
> Aussi des jeunes qui ont de 2 à 5 ans d’expérience à temps plein dans le secteur public, de la société civile ou un institut de recherche en Afrique.

Quel est le montant de la bourse ?
> Environ 55000 dollars canadien soit environ 38000 euros pour 2 ans, mais variable selon le pays d’origine et l’université choisie.
> Comprend le billet d’avion aller-retour ; les frais de scolarité ; une allocation mensuelle de subsistance, une indemnité d’installation ; une allocation fixe pour l’achat de livres et la participation à des colloques au Canada, l’assurance-maladie et les frais du permis d’études.

> Attention, les exigences des universités canadiennes varient aussi selon votre pays d’origine. Si vous êtes béninois par exemple et que vous postulez à un master de l’université d’Ottawa, vous devez avoir obtenu 12 sur 20 à votre maîtrise. Par contre, si vous êtes algérien, une licence avec une moyenne de 12 sur 20 suffirait pour postuler à un master. N’hésitez donc pas à vérifier les exigences de chaque université !

Quels conseils pouvez-vous donner aux candidats à ces bourses ?
> Choisir 3 universités sur le site du bureau canadien de l’éducation nationale.
> Bien connaître les spécificités des universités et vérifier que vos choix correspondent à vos intérêts et qualifications.
> Il y a des programmes en anglais et d’autres bilingues donc en français et en anglais.
> La lettre de motivation demandée parmi les pièces à fournir ne doit pas dépasser 750 mots. Elle doit présenter très clairement la raison pour laquelle vous souhaitez faire des études d’administration publique et la façon dont vous utiliserez votre formation à votre retour dans votre pays d’origine. Susan Isaac, la responsable du programme interrogée insiste sur l’étude de cas à transmettre au jury de la bourse. Il présente un problème d’administration publique en Afrique que le boursier s’engage à étudier tout au long de sa formation.
> Les candidats admissibles ayant un dossier complet seront évalués selon leur mérite scolaire, la capacité éprouvée de leadership dans leur pays d’origine.

Et pour les voisines, l’année dernière, seulement 23 % des postulants étaient des femmes, vous avez toutes vos chances car ils recherchent autant d’hommes que de femmes.

Quelle est la date limite ?
> Ouverture des candidatures le 8 septembre / 14 octobre 2016.
Résultat des élections : janvier 2017.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail