Accéder au contenu principal
Afrique économie

Au Niger, l'interdiction d’exporter les ânes

Audio 02:09
Au marché de Niamey, les asins ne font plus partie du bétail.
Au marché de Niamey, les asins ne font plus partie du bétail. flickr.com / CC Gustave Deghilage
Par : Raliou Hamed-Assaleh
5 mn

Le Niger a récemment interdit toute exportation et abattage d'ânes afin de protéger cette espèce menacée par un commerce avec l'Asie. La peau et la viande de l'âne sont très prisées en Chine notamment. Ces exportations massives à partir du Niger passent par le Nigéria voisin. 

Publicité

Sur le marché à bétail à Niamey ce matin, un seul âne est visible. La mesure prise par le gouvernement d'interdire l'exportation des asins semble porter ses fruits. Hassane Adamou fait l'intermédiaire entre les acheteurs et les vendeurs des asins sur ce marché : « Ces gens qui viennent du Nigeria pour acheter les ânes on ne les voit plus depuis presque un mois. Cette interdiction nous pose problème. C'est dans ce commerce que nous gagnons notre vie. Avant, un âne, même s'il avait un pied cassé, on le vendait sur ce marché pour l'exporter vers le Nigeria. »

 
Ce sont les effectifs comparés des asins présentés sur les différents marchés du pays ces dernières années qui ont attiré l'attention des autorités. Suivant la demande ces effectifs ont passé du simple au double entre 2015 et 2016. Rien que les 5 premiers mois de l'année 2016, plus de 300 000 têtes d'ânes ont été présentés sur les marchés du pays.

Docteur Atté Issa directeur des statistiques au ministère de l'Elevage : « On a des taux de ventes qui avoisinent 80, 90%. Pratiquement tous les ânes présentés sont vendus. Et même les prix des asins étaient vraiment extraordinairement très élevés. Parce qu’un âne jadis que l’on vendait à 20 000, 40 000 tout au plus se vendait entre 80 et jusqu’à 120 000 francs. »

Harouna Abarchi est responsable du pastoralisme à l'Association pour la redynamisation de l'élevage au Niger. Pour lui, la mesure de protection de cette espèce est la bienvenue car l'âne joue un rôle crucial dans l'économie pastorale : « L’âne sert à aider les éleveurs dans l’exhaure, il sert à aider les éleveurs dans les différents emménagements, il sert à aider les éleveurs dans leurs réapprovisionnements ou approvisionnements en céréales. Donc c’est quand même un pilier qui aide les éleveurs à être bien dans leurs conditions de vie. »

En 2015, selon les statistiques officielles le Niger compte plus d'un 1,7 million d'asins.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.