Nouvelles technologies

Des routes photovoltaïques en France (Rediffusion)

Audio 02:06
Wattway, le revêtement fait de dalles intégrants des cellules photovoltaïques.
Wattway, le revêtement fait de dalles intégrants des cellules photovoltaïques. Colas/Joachim Bertrand

Le Campus scientifique et technologique de Colas, société spécialisée dans les réseaux routiers, expérimente une « chaussée solaire » produisant de l’électricité. Les ingénieurs, qui ont mis au point un revêtement photovoltaïque nommé Wattway, affirment qu’avec 25 % des routes couvertes par leur procédé, la France assurerait son indépendance énergétique.

Publicité

Des panneaux solaires en lieu et place du bitume sur les chaussées ? Ce concept a été imaginé, il y a dix ans, par un couple d’ingénieurs aux Etats-Unis. Leur projet de routes dites « intelligentes » et produisant de l’électricité, qui a bénéficié d’une campagne de financement par le gouvernement américain, se développe lentement mais sûrement. Et l’idée de transformer les routes en sources d’énergie a fait son chemin dans le monde ! Les Pays-Bas, par exemple, ont conçu et testé en 2014, la première piste cyclable de la planète entièrement recouverte de panneaux photovoltaïques antidérapants.

Aujourd’hui, c’est au tour de la France, avec un projet ambitieux de routes solaires mis au point par l'industriel Colas. Cette filiale de l’entrepreneur Bouygues, spécialisée dans la construction et l’entretien des infrastructures de transport, vient expérimenter dans son  Campus scientifique et technologique situé à Magny-les-Hameaux, dans le département des Yvelines, un nouveau type de revêtement électrogène pour les chaussées.

Des dalles intégrant des cellules photovoltaïques

Baptisé Wattway, le système se présente sous forme de dalles intégrant des cellules photovoltaïques, elles sont enrobées dans un substrat multicouche composé de résines et de polymères suffisamment translucides pour laisser passer la lumière du soleil. Elles supportent la circulation intense des voitures et des poids lourds, résistent aux frottements des roues et offrent par tout temps une bonne adhérence aux pneus.

D’une épaisseur de quelques millimètres, elles se collent directement sur les routes existantes et leur pose ne nécessite pas de gros chantiers en génie civil. Une chaussée ainsi équipée ne réclamerait pas plus d’entretien qu’une voirie traditionnelle et serait d’une longévité de 15 à 20 ans, précisent les ingénieurs. Le dispositif Wattway servirait à alimenter les éclairages publics, les panneaux lumineux de signalisation, les tramways ou les véhicules électriques par système d’induction.

Vers une indépendance énergétique

C’est la révolution. 4m² de route solaire suffiraient pour alimenter, hors chauffage, un foyer moyen ; et 1 km linéaire de dalles, une ville de 5 000 habitants. Avec 25% des routes couvertes, la France assurerait son indépendance énergétique, affirme la société qui annonce la commercialisation de ses dalles électrogènes dans les 3 mois. À quel prix ? Le mystère reste pour l’instant entier ! Certainement d’un coût largement supérieur à celui des chemins recouverts de bitume

Mais cette installation polluera moins, durera beaucoup plus longtemps et produira du courant à partir de l’énergie éternellement renouvelable du soleil, argumentent déjà ses concepteurs. Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail