Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

Brutale envolée des prix du charbon à coke

Audio 01:57
Photographie de coke.
Photographie de coke. Creatives commons wikimedia CC BY-SA 3.0 Stahlkocher

Pékin interdit de produire du charbon plus de 276 jours par an. C’était sans prévoir les inondations en Chine et les perturbations dans les pays exportateurs. Le prix du charbon métallurgique s’envole.

Publicité

C’est l’outsider qu’on n’attendait pas, le mal aimé : le charbon à coke est pourtant le grand gagnant du complexe des matières premières cette année. Appelé aussi charbon métallurgique parce qu’il sert à fabriquer l’acier, le charbon à coke a vu son prix bondir de 163% depuis janvier. Il a doublé en un mois et demi. Un concours de circonstances unique.

Pékin a réduit sa production pléthorique de charbon qui n’était plus rentable, en n’autorisant que 276 jours d’activité minière contre 330 jours auparavant. Mais les pluies diluviennes cet été ont condamné les routes pour acheminer le charbon à coke vers les aciéries de la côte chinoise, d'où le recours en urgence aux importations de charbon à coke étranger. Mais là aussi, les perturbations se sont multipliées : effondrement d’une mine souterraine et déraillement d’un train de charbon métallurgique en Australie, interruption jusqu’à nouvel ordre des expéditions mozambicaines après l’attaque d’un train minéralier.

Le matériau exporté par l’Afrique du Sud ne suffit pas à la demande immédiate, on est passé d’une surproduction de charbon à coke à une pénurie sur le marché spot, très étroit, les échanges se faisant en grande majorité dans le cadre de contrats trimestriels. La spéculation des traders amplifie une envolée des prix que personne n’avait prévu : à 205 dollars la tonne vendredi dernier contre 83 dollars fin mai, le charbon à coke est définitivement la star inattendue de l’année.

Un commerce redevenu rentable

Mais cette étoile devrait perdre un peu de son éclat. La disponibilité de charbon à coke va se rétablir en Chine avec le retour à la normale des transports routiers, le chemin de fer chinois monte aussi en puissance. Pékin pourrait assouplir ses restrictions sur les jours d’extraction dans les mines - les prix du charbon thermique progressent par contagion et les autorités chinoises ne veulent pas voir grimper les prix de l’électricité.

Enfin, les exportateurs de charbon métallurgique, appâtés par le regain de prix, remettent en route des capacités minières. Des fonds investissent à peu de frais dans des gisements australiens. La Mongolie, le Canada devraient expédier du charbon vers la Chine, et les États-Unis pourraient même reprendre ce commerce, redevenu rentable à ce niveau de prix.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.