Accéder au contenu principal
Afrique économie

«Entreprenante Afrique», un livre de Jean-Michel Severino

Audio 02:13
Jean-Michel Severino.
Jean-Michel Severino. © Jeune Afrique/Vincent Fournier

Coup de projecteur sur le grand invité de l'économie, ce samedi à 12h10 (heure de Paris). Jean-Michel Severino, l'ancien directeur général de l'Agence française de développement (AFD) est aujourd'hui à la tête d'une entreprise qui investit au capital des PME africaines. Avec son adjoint, Jérémy Hajdenberg, il a tiré de son expérience un livre Entreprenante Afrique, aux éditions Odile Jacob. Voici un avant-goût de l'émission avec Jean-Pierre Boris.

Publicité

Dans leur livre, Entreprenante Afrique, Jean-Michel Severino et Jérémy Hajdenberg veulent faire la lumière sur ces PME qui sont, disent-ils, un trou noir dans la connaissance économique et sociale du continent africain.

« Entreprenante Afrique vise à décrire et à capter la révolution entrepreneuriale qui est en train de se faire sur le continent, souligne Jean-Michel Severino. Une des caractéristiques les plus extraordinaires du continent, c’est l’émergence de millions d’entrepreneurs, partout, dans tous les secteurs. C’est vrai de l’Afrique anglophone. C’est vrai aussi de l’Afrique francophone. Nous avons trouvé, nous accompagnons de merveilleux entrepreneurs au Niger, au Mali, au Burkina Faso pour ne citer que ces pays qui ne sont pas perçus comme étant des terres d’entrepreneuriat extraordinaire ».

Des producteurs de yoghourts, des entreprises pharmaceutiques, des chaînes hôtelières, des cimenteries, les secteurs dans lesquels les entrepreneurs africains émergent sont très nombreux.

« Il faut arriver à faire émerger un tissu entrepreneurial fait de PME nationales, rendre tout simplement les Africains propriétaires de leur capital, estime Jean-Michel Severino. Une des caractéristiques de ce tissu d’entrepreneurs et de PME, c’est qu’il est issu de cette classe moyenne naissante parce que les gens sont qualifiés. On ne fait pas d’entrepreneuriat formel sans compétences. Ce sont des gens qui ont fait des études supérieures. D’autre part, ils servent les besoins de cette classe moyenne. L’une des caractéristiques du processus d’industrialisation en cours en Afrique, c’est qu’il est d’abord axé sur le marché intérieur. »

Et même la révision à la baisse par la Banque mondiale de la croissance économique du continent, 1,6 % n'inquiète pas Jean-Michel Severino. Ce chiffre reflète surtout la panne des pays producteurs de pétrole. Ce n'est pas la seule Afrique, dit notre invité.

« Vous avez une Afrique qui, elle, bénéficie de manière très importante de la baisse des cours des matières premières parce qu’ils sont importateurs nets de pétrole. Cela constitue une masse démographique très importante. Et moi, je vous propose de regarder la courbe de croissance des pays pauvres, des fameux PMA du continent africain depuis 20 ans. Cette courbe est constamment positive, à des niveaux élevés. Et elle accélère. Et parmi les stars de la croissance mondiale aujourd’hui, on continue à voir des pays comme la Côte d’Ivoire, comme le Kenya, comme l’Ouganda », analyse l'ex-directeur général de l'AFD.

Pour retrouver ces commentaires de Jean-Michel Severino et d'autres par exemple sur le franc CFA, rendez-vous à 12h10 heure Paris, 10h10 TU.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.