Accéder au contenu principal
Afrique économie

Le roi du Maroc au Rwanda

Audio 02:16
Le roi du Maroc, Mohammed VI, accueilli par le président Paul Kagamé, le 19 octobre 2016, à Kigali.
Le roi du Maroc, Mohammed VI, accueilli par le président Paul Kagamé, le 19 octobre 2016, à Kigali. AFP/ Stéphanie Aglietti
Par : Stéphanie Aglietti
6 mn

Mohammed VI, le roi du Maroc, a entamé cette semaine au Rwanda une visite en Afrique de l’Est qui devrait aussi l’emmener en fin de semaine en Tanzanie puis en Ethiopie. C’est la première fois que le souverain et chef d’Etat chérifien se rend dans la région. Cette visite est très politique : le Maroc prépare en effet son retour au sein de l’Union africaine (UA) et est donc en quête de soutiens. Mais cette tournée a aussi un aspect économique non négligeable. Rabat souhaite en effet renforcer son implantation économique dans cette région jusque-là délaissée et promouvoir une coopération sud-sud.

Publicité

Mohamed Benchaaboun, PDG du groupe Banque populaire, ou encore le directeur de l’agence marocaine de l’énergie, le roi Mohammed VI est arrivé à Kigali avec, dans ses valises, des diplomates, mais aussi des hommes d’affaires. Le royaume chérifien entend bien élargir ses relations économiques à une région dynamique. Les pays d’Afrique de l’Est affichent en effet de belles performances, avec des taux de croissance autour de 7 à 8%.

Nacer Bourita est le ministre marocain délégué auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération. « Le Maroc veut diversifier ses partenariats au sein du continent africain, le Maroc est présent en Afrique de l’Ouest, le Maroc est présent en Afrique centrale, aujourd’hui par cette visite et par cette tournée, le Maroc veut ouvrir un nouveau chapitre de présence également en Afrique l’est et le Rwanda pourrait constituer une plateforme, un pivot important de ce déploiement du Maroc dans ces régions d’Afrique qui paraissaient lointaines. »

21 accords et protocoles d’entente, essentiellement économiques, ont été signés entre les deux pays. Dans les secteurs de l’industrie pharmaceutique, du tourisme, des énergies renouvelables ou encore des transports. Dans le secteur bancaire, Attijariwafa Bank, une des plus importantes banques marocaines, a fait l’acquisition de 76% des parts de la banque rwandaise Cogebank, la troisième du pays. Un accord d’une valeur de 41 millions de dollars. Le groupe immobilier marocain Palmeraie Developpement s’est quant à lui engagé à construire 5 000 logements économiques dans la capitale rwandaise.

Une aubaine pour le Rwanda qui tente d’attirer les investisseurs étrangers. Les responsables des deux pays l’ont martelé : cette visite à Kigali et les accords bilatéraux qui l’accompagnent, concrétisent leur volonté de promouvoir une coopération sud-sud entamée en juin dernier lors de la visite du président rwandais Paul Kagame à Casablanca.

Louise Mushikiwabo est la ministre rwandaise des Affaires étrangères : « Cette visite pour nous signifie, je me permets aussi de parler pour la partie marocaine, elle signifie un bon en avant. Je n’ai pas honte de dire que l’Afrique, d’une manière générale, devrait aller beaucoup plus vite et devrait être beaucoup plus unie, l’Afrique aujourd’hui n’a pas à quémander. »

Après le Rwanda, Mohammed VI doit se rendre en Tanzanie et en Ethiopie, où d’autres accords bilatéraux devraient être annoncés.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.