Littérature sans frontières

La saison des prix littéraires: Marcus Malte et Stéphane Audeguy

Audio 19:30
L'écrivain français Stéphane Audeguy.
L'écrivain français Stéphane Audeguy. © RFI/Sébastien Bonijol

La saison des prix littéraires français s'est ouverte, cette semaine, avec le Prix Femina qui a récompensé l'écrivain français Marcus Malte, pour son roman Le Garçon aux éditions Zulma. Reportage.La semaine prochaine, c'est le prix Médicis qui sera annoncé. En lice, l'écrivain français Stéphane Audeguy, pour son roman Histoire du lion Personne publié au Seuil. Rencontre.

Publicité

 

« Il est absolument impossible de raconter l’histoire d’un lion, parce qu’il y a une indignité à parler à la place de quiconque, surtout s’il s’agit d’un animal. Il est absolument impossible de raconter l’histoire du lion Personne, qui vécut entre 1786 et 1796 d’abord au Sénégal, puis en France. Cependant, rien ne nous empêche d’essayer. »

Histoire du lion Personne entremêle, en une série de tableaux picaresques, la vie d’un lion à l’histoire de France de la fin de l’Ancien Régime au Directoire. Sur les rives du fleuve Sénégal, le long des routes de France, derrière les grilles de la ménagerie de Versailles, se dessine une odyssée animale peuplée de personnages humains. (Présentation de l'éditeur).

 

 

 

L'écrivain français Marcus Malte
L'écrivain français Marcus Malte © Catherine Fruchon-Toussaint / RFI

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  « Il n’a pas de nom. Il ne parle pas. Le garçon est un être quasi-sauvage, né dans une contrée aride du sud de la France. Du monde, il ne connaît que sa mère et les alentours de leur cabane. Nous sommes en 1908 quand il se met en chemin – d’instinct.

Alors commence la rencontre avec les hommes : les habitants d’un hameau perdu, Brabek l’ogre des Carpates, philosophe et lutteur de foire, l’amour combien charnel avec Emma, mélomane lumineuse, à la fois sœur, amante, mère. « C’est un temps où le garçon commence à entrevoir de quoi pourrait bien être, hélas, constituée l’existence : nombre de ravages et quelques ravissements. » Puis la guerre, l’effroyable carnage, paroxysme de la folie des hommes et de ce que l’on nomme la civilisation.

Itinéraire d’une âme neuve qui s’éveille à la conscience au gré du hasard et de quelques nécessités, ponctué des petits et grands soubresauts de l’Histoire, le Garçon est à sa façon singulière, radicale, drôle, grave, l’immense roman de l’épreuve du monde. »

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail