Accéder au contenu principal
Nouvelles technologies

L’intelligence artificielle se met à la musique

Audio 05:17
Flow Machines, des laboratoires de Sony, permet de composer de la musique à partir de partitions enregistrées dans une base de données. (photo d'illustration)
Flow Machines, des laboratoires de Sony, permet de composer de la musique à partir de partitions enregistrées dans une base de données. (photo d'illustration) Kurita Kaku/Gamma-Rapho via Getty Images

Et si un jour la musique était composée par des ordinateurs ? L'intelligence artificielle est désormais capable de créer des morceaux, en puisant dans des bases de données. Bruno Faure s'est rendu dans un centre de recherche qui vient de dévoiler la première chanson générée autrement que par l'homme.

Publicité

Daddy’s Car est le tube que les Beatles n’auront jamais composé. On y reconnaît pourtant certaines des caractéristiques du groupe anglais. Logique : ce sont ses partitions qui ont permis de produire cette mélodie pop, ce rythme, ces arrangements. Il s’agit du programme Flow Machines, élaboré dans le laboratoire parisien de Sony. Son directeur, François Pachet, en explique le principe. « On donne les premières mesures, le système prend le début qu’on a mis, et essaie de le continuer dans le style qui colle avec ce qu’on lui a donné. »

Le succès décidera
 
Sony, en concurrence dans ce domaine avec Google, annonce la sortie d’un album complet en 2017, qui ouvrira peut-être de nouveaux horizons. « Il n’y a que le succès qui va dire si nos chances sont intéressantes, novatrices, créatives. On pense qu’en effet, ça va aider les gens à faire de bonnes chansons. »
 

François Pachet, directeur de Sony CSL

 
Et en cas de plagiat ?
 
Car d’une manière ou d’une autre, la machine aura toujours besoin de l’homme. Ce qui pose des questions nouvelles en matière de propriété intellectuelle. Si c’est une coproduction humain-ordinateur, à qui les droits d’auteur ? Et si le programme commettait un plagiat ?

Ilana Soskin, avocate spécialiste du droit de la création, estime que « la responsabilité de la contrefaçon incombera vraisemblablement à l’auteur personne-physique. Il est plus difficile de montrer que le logiciel a fait une action consciente de contrefaçons. » Sony a aussi créé une Ballade de Monsieur Shadow, à coup sûr inédite. C’est un mélange des styles de Irving Berlin, Duke Ellington, George Gershwin et Cole Porter. Un seul mot : audacieux !

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.