Chronique des médias

Euronews ou France 24: qui pour parler d’Europe ?

Audio 02:32
Logos d'Euronews et France 24.
Logos d'Euronews et France 24.

Nous parlons avec vous, Amaury de Rochegonde, des chaînes d’information internationales : France 24, qui fête ses dix ans et Euronews, qui négocie son rapprochement avec la chaîne américaine NBC. Ses salariés viennent de voter une motion de défiance.

Publicité

« Faites-vous confiance à la direction dans sa gestion ? ». A cette question, 205 salariés d’Euronews ont répondu non, 34 oui et 52 ne se sont pas prononcés. Certes, il ne s’agit là que d’un vote symbolique sur 389 salariés permanents, un vote exercé sans le soutien de l’essentiel des syndicats, mais tout de même : cela montre bien qu’il y a aujourd’hui un problème à Euronews. En cause, la suppression de l’édition en ukrainien ainsi que la réduction des programmes en arabe ou en persan, qui pourraient entraîner 35 suppressions de postes, mais aussi un nouveau contrat de travail qui impliquerait pour les journalistes de monter eux-mêmes leurs sujets.
Pour ce qui est du contexte, Euronews est en train de négocier l’entrée dans son capital de la chaîne NBC News à hauteur de 15 à 30%. Ce serait pour cette chaine américaine affiliée à Comcast et qui rêve de devenir opératrice d’une NBC Euronews, un moyen de se déployer en Europe. Après l’entrée majoritaire de l’Egyptien Naguib Sawiris il y a an, qui s’était traduit par une injection de 35 millions d’euros dans les comptes, du fait d’une lourde perte imputée à la télé ukrainienne, ce serait là un nouvel apport en capital pour Euronews . Une chance ? Sans doute. Mais ce serait aussi une façon de diluer encore les télévisions publiques européennes dans l’actionnariat d’Euronews.

Malgré le dynamisme de son patron, Michael Peters, qui a lancé en avril Africanews depuis le Congo, et qui négocie une subvention européenne, la crainte existe donc chez les salariés de voir Euronews perdre peu à peu de sa singularité européenne, alors même qu’elle émet en treize langues et qu’on n’a jamais eu autant besoin de parler de l’Europe aux Européens.

Est-ce que cela sera demain d’abord le rôle de France 24 ? La chaîne qui fête ses dix ans, aura en septembre prochain une nouvelle langue, l’espagnol, après le français, l’anglais et l’arabe. Elle a la chance de bénéficier d’un financement assuré par l’Etat français et compte déjà 51 millions de téléspectateurs par semaine dans 64 pays. C’est aussi le média français le plus puissant sur les réseaux sociaux puisque France 24 compte 17 millions d’amis sur Facebook et 13 millions de gens la suivent sur Twitter.

La chaîne, qui a développé son programme Les Observateurs qui fait appel aux images des internautes, a gagné sa réputation lors des printemps arabes. Elle sera associée en février au lancement par France Médias Monde d’un site d’information en plusieurs langues à destination des migrants avec la Deustche Welle, l’agence italienne Ansa et le soutien de la Commission européenne.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail