Chronique des médias

Mondialisation et regroupements des médias

Audio 02:41
Vincent Bolloré a racheté 20% du capital de Mediaset, le groupe de communication de Silvio Berlusconi.
Vincent Bolloré a racheté 20% du capital de Mediaset, le groupe de communication de Silvio Berlusconi. ©REUTERS/Stefano Rellandini

Nous parlons avec Amaury de Rochegonde, de l’hebdomadaire Stratégies, des rapprochements et des regroupements qui se multiplient depuis quelques jours dans les médias européens : M6, Sky et Mediaset.

Publicité

La radio française RTL sur le point d’être absorbée par M6, à la demande de son propriétaire allemand RTL Group, le britannique Sky repris par le groupe 21st Century Fox de l’australo-américain Rupert Murdoch, le Français Vincent Bolloré faisant un raid en Italie sur Mediaset, l’empire audiovisuel de Berlusconi…S’il était besoin de vérifier que les médias obéissent à des logiques de mondialisation, il suffirait de s’attarder sur cette semaine de décembre. La concentration des médias semblent s’être affirmée, sans doute pour répondre à des stratégies de convergence déjà à l’œuvre comme le montre l’absorption en 2016 de Time Warner par AT&T ou de BFM TV et RMC par SFR.

Alors quel intérêt de regrouper sous la même enseigne des activités de radio, de télé et d’internet ? Il y a d’abord les économies que cela peut engendrer : on garde trois ou quatre médias différents mais on bénéficie d’un même service de diffusion, d’une seule direction des finances, de la publicité ou des ressources humaines. Il y a ensuite les évolutions technologiques des métiers qui sont induites par le numérique. De plus en plus, la radio demande des prolongements sur le web et les réseaux sociaux et de plus en plus elle a recours à de la vidéo donc à de la captation d’images, le propre de la TV. Enfin, il y a la dimension publicitaire car le fait de mêler radio et télé permet de toucher des consommateurs à différents moments de la journée, le matin et le soir, et si l’on y ajoute la connaissance de l’abonné téléphonique on peut même lui adresser une publicité personnalisée. C’est ce que fait Sky, qui s’est allié à British Telecom.

Il n’empêche que cette intégration verticale peut aussi porter atteinte au pluralisme de l’information. Le patron de M6 Nicolas de Tavernost, qui considère qu’une chaîne ne doit pas porter tort à ses clients annonceurs, va devenir de facto le patron de RTL. Rupert Murdoch, en reprenant 100 % de Sky, provoque l’inquiétude des travaillistes anglais qui craignent qu’il transforme Sky News en Fox News, la chaîne américaine pro-Trump. Vincent Bolloré, qui a mis au pas la rédaction de Canal+ et d’i-Télé, s’intéresse à Médiaset, et à ses chaînes Canale 5, italia 1 et Rete 4. Il a pris 20% du groupe de la famille Berlusconi, après avoir dénoncé un partenariat sur la télé payante. Dans quel but ? Certains pensent qu’il veut ainsi prendre le pouvoir à Mediaset, ce qui inquiète le gouvernement italien, d’autres qu’il joue là une nouvelle partie d’échec pour espérer une plus-value, ou mieux une nouvelle part à échanger avec Orange, désireux se rapprocher de Canal+.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail