Accéder au contenu principal
Invité international

Pascal Drouhaud: En Colombie, «la loi d'amnistie garantit l’accord de paix»

Audio 09:20
Des combattants des FARC lors de leur congrès dans les plaines du Yari, le 23 septembre 2016.
Des combattants des FARC lors de leur congrès dans les plaines du Yari, le 23 septembre 2016. REUTERS /John Vizcaino
11 mn

L’accord de paix conclu cette année avec la guérilla des FARC prévoit que celle-ci, qui qui compte encore quelque 5700 combattants, les rassemble dans les zones prédéfinies dans lesquels ils peuvent déposer leurs armes. Dans quelles conditions cet accord est-il réalisable ? Explications de Pascal Drouhaud, vice-président de l’Institut Choiseul, spécialiste de l'Amérique latine, qui répond aux questions d’Adrien Delgrange.

Publicité

Pascal Drouhaud, vice-président de l'Institut Choiseul, spécialiste de l'Amérique Latine et auteur de l'ouvrage «« FARC, Confessions d'un guérillero ».
Pascal Drouhaud, vice-président de l'Institut Choiseul, spécialiste de l'Amérique Latine et auteur de l'ouvrage «« FARC, Confessions d'un guérillero ». ©Xavier Noël-Bouton, conseiller consulaire à Recife-Brasilia

« Il faut accueillir les guérilleros, créer un climat d'accompagnement et de confiance, pour que ce dépôt des armes soit la garantie d'une survie physique et d'une nouvelle vie. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.