Chronique des médias

L’audience sans frontière de la vidéo en ligne

Audio 02:25
Vincent Bolloré a racheté 20% du capital de Mediaset, le groupe de communication de Silvio Berlusconi.
Vincent Bolloré a racheté 20% du capital de Mediaset, le groupe de communication de Silvio Berlusconi. ©REUTERS/Stefano Rellandini

Stratégies, de la vidéo en ligne qui a donné lieu cette semaine à un rapprochement européen entre le groupe allemand ProsiebenSat1, le français TF1 et l’italien Mediaset." > Nous parlons avec Amaury de Rochegonde, de l’hebdomadaire Stratégies, de la vidéo en ligne qui a donné lieu cette semaine à un rapprochement européen entre le groupe allemand ProsiebenSat1, le français TF1 et l’italien Mediaset.

Publicité

A l’image du monde de l’internet, la vidéo en ligne ne connaît pas de frontières. C’est ce que sont venus rappeler cette semaine trois grands acteurs de la télévision privée en Europe, en scellant un accord autour de Studio 71. Ce MCN ou réseau multi-chaînes, le quatrième au monde avec 5 milliards de vidéos vues par mois et 400 millions d’abonnés à ses chaînes YouTube, est contrôlé par le groupe allemand Prosiebensat1. Depuis jeudi 12 janvier, deux autres acteurs de poids, TF1 et Mediaset, se sont invités dans son capital pour 50 millions d’euros et 6 ou 5% des parts chacun. L’intérêt de Studio 71, c’est d’abord et surtout qu’il permet aux groupes audiovisuels de toucher les jeunes générations qui ont tendance à déserter la télé pour regarder des vidéos sur leur mobile. Leurs stars ne s’appellent pas Gilles Bouleau ou Nikos Aliagas, de TF1, mais plutôt Norman, Cyprien, Squeezie ou EnjoyPhoenix.

Studio 71 est une major allemande qui permet de dénicher les talents qui vont ensuite fédérer des audiences de masse, avec 4 millions d’abonnés en moyenne sur une chaîne YouTube. Mais c’est aussi une plateforme qui permet d’exploiter au mieux ces talents en les associant à des marques qui placent leurs produits, organisent des événements artistico-commerciaux, etc. C’est ce savoir-faire qui intéresse car c’est la nouvelle façon de faire de la publicité sur l’écran. TF1 devra veiller à ce que les partenariats commerciaux soient explicites, sauf à risquer d’être poursuivie en France pour pratiques trompeuses. L’idée est ensuite d’apparaître incontournable sur YouTube – où les chaînes anglophones de Studio 71 réalisent déjà 60 millions de vidéos vues par mois en France -mais aussi sur Facebook ou Snapchat.

Dailymotion n’entre pas dans l’accord même si sa maison-mère Vivendi vient de prendre 30 % du capital de Mediaset. Mais ce principe du multi-chaînes est aussi au cœur de la stratégie de la plateforme qui va agréger les vidéos humoristiques de Studio Bagel, appartenant à Canal+, et s’apprête à se relancer fin avril avec l’ambition de mettre en avant les contenus de ses partenaires locaux. Depuis cet été, Dailymotion a ainsi installé un bureau à Abidjan.

Enfin, les manœuvres dans la vidéo concernent aussi le service public. France Télévisions va refondre le 2 mai son service de vidéos de rattrapage. Le groupe projette d’investir 10 millions d’euros par an dans la création digitale et discute avec les producteurs et des diffuseurs francophones pour lancer cet automne un service de vidéos par abonnement, avec de la fiction et même du cinéma. On est loin, en l’espèce, du sketch sponsorisé.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail