Journal d'Haïti et des Amériques

Etats-Unis: Donald Trump et les «faits alternatifs» contre les médias

Audio 20:00
Kellyanne Conway, conseillère de Donald Trump, à la Trump Tower de New-York, le 17 novembre 2016.
Kellyanne Conway, conseillère de Donald Trump, à la Trump Tower de New-York, le 17 novembre 2016. REUTERS/Mike Segar

Donald Trump n'a jamais porté les médias dans son coeur. On peut même affirmer que les rapports du nouveau président des Etats-Unis avec la presse sont exécrables. Cela s'est confirmé quelques heures à peine après son investiture, avec une première polémique sur le nombre d'Américains venus assister à sa prestation de serment !

Publicité

Au coeur de la polémique, on retrouve notamment Kellyane Conway, la conseillère de Donald Trump. C'est elle qui a contre-attaqué et accusé, à son tour, la presse d'avoir menti en disant que le buste de Martin Luther King, installé dans le bureau ovale par Obama, avait été retiré par Trump. Ce qui était effectivement faux, l'erreur a été corrigée un peu plus tard par le journaliste de Time Magazine qui en était l'auteur.
Kellyane Conway, c'est LA femme à la tête de la campagne de Donald Trump, celle qui pour beaucoup est à l'origine de sa victoire.
Elle avait été appelée en renfort quelques mois avant le scrutin pour modeler son image.
Aujourd'hui, elle a été promue conseillère à la Maison Blanche. Carlotta Mortéo en fait le portrait.

Du côté d'Haïti : le taux d’homicides dans le pays est bien inférieur à celui des autres pays de la région caribéenne et d’Amérique centrale. Mais, 15% des homicides commis dans le pays sont des lynchages, des meurtres commis par une foule contre un individu. La section droits humains de la Minustah, qui vient de publier un rapport sur ce phénomène, souligne que là encore l’impunité domine car les auteurs des violences ne sont jamais inquiétés par les autorités.
C'est le dossier du jour signé Amélie Baron.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail