Chronique des médias

La fiction du futur

Audio 02:34
« Tantale », le film interactif de Gilles Porte ouvre la 30e édition du Festival international de programmes audiovisuels (FIPA) à Biarritz.
« Tantale », le film interactif de Gilles Porte ouvre la 30e édition du Festival international de programmes audiovisuels (FIPA) à Biarritz. La Générale de Production

Le trentième Festival international des programmes audiovisuels se déroule du mardi 24 au dimanche 29 janvier 2017 à Biarritz. L’occasion de découvrir le mariage entre la fiction et les technologies du futur.

Publicité

Imaginez une enquête de police qui se déroulerait non pas sur votre écran mais littéralement à vos pieds. C’est ce que propose la société bordelaise Asobo Studio qui a développé avec Fragment’s une véritable enquête interactive, à partir d’hologrammes, de réalité augmentée et de technologies venues du jeu vidéo. Le Fipa, qui s’est tenu cette semaine à Biarritz, a permis de découvrir quelques prototypes de cette technologie du futur que l’on appelle déjà la « mix-réalité », car elle fait évoluer des personnages virtuels dans notre monde réel.

Autre tendance, les images à 360 degrés. Il suffit de prendre alors son smartphone et de pivoter sur soi-même pour découvrir un univers tourné à 360 degrés. Arte avait expérimenté il y a deux ans ce principe de caméras multiples avec Polar Sea, un documentaire. C’est cette fois la fiction qui rentre dans ce cadre comme en témoigne LA Noir, une mini-histoire tournée par le New York Times que l’on peut voir avec les lunettes de réalité virtuelle Occulus. L’application du quotidien américain propose gratuitement ce type de contenus qu’elle finance par la publicité.

Mardi 24 janvier, pour son ouverture, le Festival a aussi présenté un véritable film interactif, Tantale, du réalisateur Gilles Porte. Avec une véritable intrigue, un chef d’Etat français qui doit convaincre les organisateurs des JO de choisir Paris pour les prochains jeux d’été. On y retrouve des thématiques fortes comme le chantage, la corruption, la Françafrique… Mais, en plus, le téléspectateur peut influer sur la fin de l’histoire avec son smartphone.

Alors est-ce que la fiction télévisée du futur ne sera qu’une affaire de technologies ? Non bien sûr, même si elle épousera les nouvelles formes de réception sur mobiles ou tablettes. Comme l’a rappelé vendredi Delphine Ernotte, la présidente de France Télévisions, « quand on voit que Michelle Obama va jouer dans un épisode de NCIS, entre réalité et fiction, les frontières sont de plus en plus floues ». C’est pourquoi le futur feuilleton quotidien de France 2, qui sera diffusé l’an prochain, reprendra l’une des recettes du succès de Plus Belle la vie, sur France 3. Il s’agit d’ajuster en permanence l’intrigue à l’actualité, par exemple le jihadisme.

Dès cette année, France Télévisions a prévu d’investir fortement avec un plan création pour augmenter ses heures de fiction, actuellement de 650 par an contre 2000 en Allemagne ou en Grande-Bretagne. Et elle va se doter d’une plateforme de vidéo par abonnement dès cet automne avec des partenaires francophones comme la RTBF, TV5, Radio Canada ou la Radio-télévision suisse.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail