Accéder au contenu principal
Si loin si proche

Dis-moi Joséphine Baker - Episode 1

Audio 49:30
© CATEL MULLER

Première grande icône noire internationale, Joséphine Baker a embrassé le siècle qui l’a vue naître. Partir à travers les mondes et les vies multiples de Joséphine, née en 1906 dans l’Etat du Missouri aux Etats-Unis, c’est d’abord accepter d’avoir la liberté et l’audace pour seule boussole. Car l’immense artiste, à la fois chanteuse, danseuse, comédienne et militante, a toujours croqué la vie, sans tabou ni frontières. Elle s’y est aussi engagée pleinement, de la Résistance à la lutte pour les droits civiques.

Publicité

Pendant deux semaines, on enfile donc bien plus qu’une ceinture de bananes, et on part sur les traces de cette grande dame, unique et excentrique. Des routes américaines à l’heure de la ségrégation et du charleston jusqu’aux scènes de Broadway, puis du Paris des Années Folles qui l’a consacrée, en faisant une halte dans sa villa chic du Vésinet aux allures d’arche de Noë, et surtout en passant du temps dans son château du Périgord, refuge de ses rêves de fraternité arc-en-ciel. Aujourd’hui ouvert au public, ce château des Milandes situé en Dordogne, est le témoignage le plus émouvant et le plus fidèle de la vie de combattante qu’aura toujours menée Joséphine Baker, une femme noire de légende, entrée au Patrimoine français, mais aussi mondial… Pourquoi pas bientôt au Panthéon ?
Un voyage en 2 épisodes, à travers le temps et le monde, de Sarah Lefèvre.

Pour partir sur les traces de Joséphine Baker :  
- La visite du Château des Milandes est indispensable. Entièrement repensé par Angélique de Saint-Exupéry, sa propriétaire, cette maison-musée retrace fidèlement la vie de l’artiste et celle de sa tribu arc-en-ciel de 12 enfants, tout en insistant sur son engagement pendant la résistance.  
- Profitez de cette visite pour découvrir la Dordogne, un département de France emmaillé de forêts immenses et de châteaux perchés sur des pics rocheux, qui a tapé dans l’œil de Joséphine. Plus d’infos ici.
- La villa du Vésinet, dans les Yvelines, où Joséphine Baker a vécu avant la guerre, appartient désormais à un propriétaire privé. Mais, une fois par an, La Société d’histoire de la ville organise des visites dans le parc, à l’occasion des Journées du patrimoine en octobre. A ne pas manquer !
- Et pour les plus fans, un « Joséphine Baker Tour » , de Paris aux Milandes existe également. Principalement destiné aux touristes étrangers américains, il est en anglais. En savoir plus ici.

A lire : 
- « Joséphine Baker », de Catel & Bocquet. Casterman Ecritures. 2016.
Après Olympe de Gouges et Kiki de Montparnasse, le duo auteur-dessinateur livre une nouvelle enquête biographique en BD, sur une femme libre et indépendante. Haletant et passionnant à lire !  
- « Un château sur la lune. Le rêve brisé de Joséphine Baker », de Jean-Claude Bouillon Baker. Editions Hors Collection, 2012.
L’un des fils de l’artiste apporte ici son témoignage d’enfant pour mieux nous raconter sa mère, la danseuse, la chanteuse mais aussi la femme engagée.   
- « Joséphine Baker contre Hitler : la star noire de la France libre », de Charles Onana. Editions Duboiris, 2006.
L’auteur de cet essai a retrouvé des archives militaires ainsi que celles des renseignements généraux et du FBI qui témoignent des combats de Baker contre Hitler, les Nazis et le racisme, notamment à l’occasion de la Marche de Washington en 1963, avec Martin Luther King pour les droits civiques et l’égalité raciale.

A voir :  
- « Zouzou », un film de Marc Allégret avec Jean Gabin, 1934 
- « Princesse Tam Tam », d'Edmond T. Gréville, 1935. 

En images

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.