Accéder au contenu principal
Le goût du monde

Du bon goût des canards des rizières

Audio 02:45
Des canards en Camargue.
Des canards en Camargue. RFI/Clemence Denavit

Dans le Goût du monde, ce dimanche, nous parlons du riz et de culture du riz. Dans le sud de la France aussi on cultive du riz, à l'embouchure du Rhône en Camargue. Le riz est majoritairement cultivé de manière conventionnelle, à l'exception de quelques exploitations bio, dont l'une utilise un désherbant on ne peut plus naturel. Reportage.

Publicité

La technique est ancestrale, il y a plus de mille ans on trouvait déjà des canards dans les rizières. Les canards ont l'avantage de trouver la feuille du plant de riz peu appétissante mais raffolent en revanche de toutes ces mauvaises herbes (panisse ou triangle de semis) qui empêchent le riz de pousser convenablement.

Cette technique des canards dans les rizières est encore utilisée aujourd'hui dans plusieurs pays d'Asie du Sud-Est, et dans le Sud de la France, dans le delta camargais, seule terre où perdure la culture du riz. La très grande majorité des rizières sont cultivées de manière conventionnelle, mais quelques unes dans le Gard sont en bio.

Bernard Poujol cultivaterur de riz en Camargue.
Bernard Poujol cultivaterur de riz en Camargue. RFI/Clemence Denavit

Bernard Poujol a le premier prix de la culture bio du riz. Son exploitation est un système en soi, cohérent et durable. Les canards ? C'est son fils qui lui a soufflé l'idée d'en mettre dans ses rizières. Il en avait entendu parler lors d'un voyage au Japon où les canards du riziculteur Takao Furuno font des émules.

L'utilisation des canards pour désherber les rizières est évidemment destinée aux petites exploitations, étant donné le nombre de canards qu'il faut avoir par hectares pour « désherber » les rizières. Plus d'un millier par an pour Bernard Poujol qui cultive 20 hectares de riz. Les canetons sont achetés au printemps, au moment des semis, et grandissent en même temps que le riz.

Autre avantage : l'achat des canards est en partie rentabilisé par la vente à la fin de la saison de la viande (dont le goût se rapproche évidemment de celui des canards sauvages) aux chefs de la région ou bien de la viande transformée en terrine ou conserve - les canards peuvent aussi être mangés par leurs propriétaires.

Double avantage donc pour la famille ou la petite exploitation qui utilise cette technique. Rationalisée et pensée dans le cas de Bernard Poujol, mais parfois naturellement évidente dans les pays tropicaux, dans les villages de régions rizicoles d’Asie, mais aussi d'Afrique et du Sénégal, comme c'est le cas en Casamance dans le village de Niomoune .

►Liens

www.afrique-en-vie.com/Programme-Agroecologie-au-Service,198
www.canard-desrizieres.fr/accueil.html
www.inra.fr/Grand-public/Agriculture-durable/Tous-les-dossiers/Agriculture-biologique/Riziculture-biologique/(key)/infos/contact/72

La rizière du Mas neuf de la Motte qui fait du riz bio en Camargue.
La rizière du Mas neuf de la Motte qui fait du riz bio en Camargue. RFI/Clémence Denavit

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.