Nouvelles technologies

L'Afrique, terre de conquête pour la radio numérique

Audio 02:28
La radio numérique se développe en Afrique.
La radio numérique se développe en Afrique. MONUSCO/Michael Ali

La radio numérique arrive peu à peu sur le continent africain. Malgré les problèmes de coûts, quelques pays mettent en place cette technologie qui doit permettre de toucher davantage d'auditeurs, en leur assurant une meilleure qualité d'écoute, et de faciliter le travail des professionnels.

Publicité

L’attente est très forte chez ceux qui font la radio, comme Cheikh Sadibou Ndoye, directeur de la radio de Conakry Fotten Gollen FM et l'un des dirigeants de l'Union des radios et télévisions libres de Guinée. « Avec ce transfert de l’analogique au numérique, [vous avez] des playlists, des logiciels de musique, de programmation, vous balancez et vous pouvez même rentrer à la maison, vous coucher tranquille, ça passe ! On peut parfois même être à l’étranger, [travailler depuis] des téléphones ! Ça nous a permis aussi de développer et augmenter notre audience à travers le monde. »

La radio numérique, c’est une diffusion sans limites, c'est la perspective de toucher des zones reculées sans avoir besoin d'une fréquence FM. Une aubaine en Algérie où le territoire est immense. Mourad Ouadahi y dirige Jil FM, radio pour les jeunes en français, arabe et berbère : « même si c’est vrai que l’avenir est à la 3G, aux applications et aux players, l’avenir de la radio passe forcément par la RNT. Avec, évidemment, cette difficulté que connaissent beaucoup de pays : la disponibilité et le coût d’acquisition des récepteurs. Aujourd’hui nous nous comptons sur l’industrialisation de ce moyen d’écoute. Même si certains constructeurs automobiles ont pris les devants, il reste encore à démocratiser cet outil de réception ».

Des coûts de diffusion réduits

L'Algérie – le Maghreb plus généralement –, l'Afrique du Sud et quelques autres pays du continent se tournent vers le numérique et la dernière technologie DAB+. Un plus grand confort d'écoute mais aussi des économies en perspective selon Alain Massé, ancien directeur de l'Union Radiophonique et Télévisuelle Internationale, qui a été en charge du développement international de RFI en Afrique et dans le monde arabe. « Il y a des évolutions technologiques que l’Afrique est en train de suivre, du monde analogique vers le numérique. Au niveau du transport du signal, si une radio algérienne veut envoyer un sujet vers une radio d’une wilaya, c’est-à-dire une radio régionale, elle va pouvoir utiliser un système de transport avec une montée satellitaire mais en IP, c’est-à-dire un protocole internet. Ça permet d’envoyer des fichiers compressés audio et d’économiser 80% des coûts de diffusion satellitaire parce que la bande passante est beaucoup plus réduite. »

Le virage est amorcé, pendant que la TNT – la télévision numérique terrestre –  continue en parallèle son déploiement en Afrique. 2017, année du haut débit, fibre optique et 4G... si les financements sont bien au rendez-vous !

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail