Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

Le Brésil importe du café vert pour la première fois de son histoire

Audio 01:48
Grain de café et café moulu.
Grain de café et café moulu. Adam Gault / Getty Images

 Premier producteur mondial de café, le Brésil va pourtant faciliter les importations de grains verts. Son industrie du café instantané est à court de robusta. 

Publicité

 

C'est du jamais vu dans l'histoire du Brésil : ce géant du café va devoir en importer. Le gouvernement vient d'autoriser la quasi-disparition de taxes autrefois très élevées sur les importations de grains verts. Un comble pour le Brésil, premier producteur et premier exportateur de café au monde.

Mais le Brésil est aussi le premier exportateur de café instantané. Or cette industrie manque cruellement de café robusta cette année. C'est le robusta, moins cher et moins qualitatif que l'arabica, qui constitue la quasi-totalité des poudres de café de la planète. Or la récolte de robusta au Brésil, le « conilon », a décliné de 25% en 2016. Et cette année s'annonce aussi mauvaise. La sécheresse s'est prolongée dans l'Etat d'Espirito Santo, au nord de Rio et c'est le terroir du « conilon ». Face à la pénurie, ce robusta brésilien est devenu aussi cher au Brésil que l'arabica. Une menace pour la survie de l'industrie brésilienne du café instantané, et une menace pour les exportations brésiliennes d'arabica, puisque cet arabica vient combler le manque de robusta dans les mélanges de café moulu consommé par les Brésiliens.

Le gouvernement de Brasilia a donc accepté d'ouvrir les frontières à 1 million de sacs de 60 kg de robusta étranger d'ici la fin de mois de mai prochain. Malgré l'opposition des caféiculteurs brésiliens : ils craignent que cette concurrence ne fasse disparaître les plantations de robusta au Brésil, tout comme les importations de cacao africain et asiatique autorisées dans les années 90 ont laminé la production cacaoyère brésilienne.

Pas sûr néanmoins que ces importations de café au Brésil soient massives. Mais le Vietnam se frotte les mains. Non seulement ce pays produit désormais deux fois plus de robusta que le Brésil, mais il pourrait désormais lui en fournir !

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.