7 milliards de voisins

Etre jeune à la campagne en Afrique offre-t-il encore un avenir?

Audio 49:30
Des ânes se nourrissant dans un champ en Afrique du Sud.
Des ânes se nourrissant dans un champ en Afrique du Sud. Education Images/UIG via Getty Images

La plupart en doutent, malgré la forte demande de jeunes plus qualifiés pour moderniser la production agricole.Alors peut-on choisir de rester ou de retourner au village quand on a 20 ou 25 ans ? Loin des services offerts par la ville, éducation, santé, connexions internet, électricité. Comment aider les jeunes à accéder à la terre, alors que 95% des terres appartiennent au domaine national sur le continent ? Et pour quels revenus agricoles ?

Publicité

Avec

- Anne Panel, directrice de l’Association Fert, association de développement agricole créée en 1981

- Haingoarison Randrianomenjanahary, pisciculteur, président de l’association SIF, Solidarité des Intervenants du Foncier, membre du Conseil d’administration du syndicat paysan FIFATA (une association paysanne pour le progrès des paysans) 

- Mohamed Naoufel Ben Haha, sous-directeur de l'Aménagement et coordinateur du Programme de développement rural et durable intégré dit « PACTE », dépend du ministère tunisien de l’Agriculture (Direction Générale de l’Aménagement et la Conservation des Terres Agricoles)

- Babacar Diop, ancien maire de la commune de Ross Bethio (commune du nord du Sénégal, à 50 km de Saint-Louis)

- Jean-Luc François, responsable de la Division agriculture et développement rural et biodiversité au sein de l’AFD (Agence Française de Développement).

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail