Accéder au contenu principal
Accents d'Europe

Attentat de Londres: ne pas céder à la peur

Audio 19:30
«We are not afraid», nous n'avons pas peur, ce sont les termes de la Première ministre Theresa May, repris par les Londoniens ce jeudi 23 mars 2017
«We are not afraid», nous n'avons pas peur, ce sont les termes de la Première ministre Theresa May, repris par les Londoniens ce jeudi 23 mars 2017 © REUTERS/Neil Hall
Par : Laurent Berthault
22 mn

Les Londoniens, les Britanniques et les Européens sont de nouveau sous le choc d'une attaque terroriste. Elle a visé, cette fois-ci, le cœur de la plus vieille démocratie. Une cible emblématique du Royaume-Uni et des victimes britanniques et européennes. Ce mardi 21 mars 2017, les Britanniques sont choqués, tristes, mais, à l'image de Theresa May, la Première ministre, ne veulent pas baisser la tête. Marie Billon.

Publicité

Courrier International

A 60 ans, sa santé n’est pas des plus brillantes malgré une belle carrière… Officiellement, née le 25 mars 1957 avec le Traité de Rome, l’Europe est aujourd’hui en proie à des questionnements et des interrogations sur son avenir, confrontée à une grave crise de confiance et ébranlée par l’arrivée massive de réfugiés. Europe, la fin ? C’est même le titre du hors-série du magazine Courrier International. Virginie Lepetit est chef d’édition à Courrier. Frédérique Lebel l’a rencontrée pour évoquer quelques-uns des sujets au sommaire.

Trajce, l'un des Macédoniens dont les enfants ont quitté le pays.
Trajce, l'un des Macédoniens dont les enfants ont quitté le pays. © RFI/Laurent Geslin

Dans l'est de la Macédoine, l'émigration des jeunes prend des proportions dramatiques, alors que la natalité est en berne dans tout le pays. Les villages de montagne se vident et même les petites agglomérations industrielles n'arrivent plus à retentir les candidats à l'exil. Un reportage de Laurent Geslin, à proximité de la frontière bulgare.

Chronique MyEurop. Faire baisser le chômage, mais à quel prix ? Certains observateurs relèvent que, lorsque le chômage baisse, la pauvreté, elle, augmente car les emplois créés sont parfois précaires et de bas niveau. L’Institut européen des statistiques Eurostat utilise depuis longtemps un indicateur intitulé « taux de risque de pauvreté ».
Pour l’ensemble de l’Union, ce taux est passé de 16,5% en 2005 à 17,3% en 2015.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.