Accéder au contenu principal
Grand reportage

Survivre entre deux feux dans le Nord-Sinaï

Audio 19:30
Un véhicule militaire égyptien dans le nord du Sinaï, en mai 2015.
Un véhicule militaire égyptien dans le nord du Sinaï, en mai 2015. © REUTERS/Asmaa Waguih

Depuis 3 ans et demi, le Nord-Sinaï égyptien, à la frontière avec Gaza et Israël, est le théâtre de violents affrontements entre insurgés islamistes et forces de sécurité égyptiennes. Depuis que l’armée a destitué le président islamiste Mohamed Morsi, en juillet 2013, les rebelles ultraradicaux visent la police et l’armée, faisant des centaines de morts. En novembre 2014, l’organisation jihadiste Ansar Beit el-Maqdis, a prêté allégeance au groupe Etat islamique devenant ainsi « Province du Sinaï ».L’armée égyptienne annonce pratiquement quotidiennement avoir tué des « takfiristes », plusieurs plus de 700 auraient été tués depuis le début du conflit.Au milieu de ces violences : les civils. Depuis peu, ils ont décidé de faire entendre leur voix. Ils souffrent d’une situation devenue insupportable : aux menaces et à la terreur imposées par les membres du groupe Etat islamique, s’ajoutent de très dures restrictions imposées par l’armée : couvre-feu, déplacements forcés de population, pénuries en tous genres… quand ce n’est pas des exécutions extrajudiciaires, et des arrestations arbitraires. Pour décrire la situation au Nord Sinaï, les habitants parlent désormais d’un terrorisme islamiste contre un terrorisme d’Etat.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.