Accéder au contenu principal
L'Afrique en marche

«Les prochaines guerre auront l’alimentation pour enjeu» selon Abbas Jaber

Audio 02:07
Abbas Jaber.
Abbas Jaber. © Jeune Afrique/Bruno Lévy

Le grand invité de l'économie est aujourd'hui l'homme d'affaires Abbas Jaber. Abbas Jaber est à la tête du groupe Advens-Géocoton qui intervient surtout en Afrique. Il dit son optimisme quant à l'avenir de l'Afrique et l'importance que l'agriculture doit jouer dans ce développement.

Publicité

Abbas Jaber est né à Dakar dans une famille libanaise et il vit en France où il a fondé son groupe. D'abord actif dans le négoce agricole puis dans l'agro-industrie. De toutes les cultures que connaît Abbas Jaber, celle dont il parle le plus, c'est celle du coton. Un coton rempart contre la pauvreté.

« Tout est bon dans le coton. Le coton habille par sa fibre. Le coton nourrit parce qu’on peut faire de l’huile. On peut faire de l’aliment de bétail donc de la viande. Dans certaines variétés de coton, on peut faire de la farine panifiable, c'est-à-dire du pain. Et le coton entraîne les cultures vivrières. Le coton est un rempart contre l’émigration clandestine vers l’Europe parce qu’il permet de fixer les candidats au départ et aussi un rempart contre le terrorisme. »

Mais les agriculteurs africains devront augmenter leurs rendements s'ils veulent nourrir les générations à venir. Et pour cela, aux yeux d'Abbas Jaber, une seule solution, les OGM.

« Pour augmenter les rendements à l’hectare, forcément on est obligé de passer un jour ou l’autre à la culture OGM. 80% du coton mondial est OGM. La Chine, l’Inde, les Etats-Unis, le Brésil, l’Argentine sont tous passés aux OGM. Donc c’est une réalité et on ne pourra pas l’éviter ».

Abbas qui souhaite voir la France jouer un rôle plus important dans le développement de l'agriculture africaine, rôle qu'elle ne joue pas à l'heure actuelle dit-il.

« A vrai dire, il n’y a pas eu de politique agricole française en Afrique alors que les Chinois sont là, les Américains, et les Indiens. La France a un boulevard devant elle, si elle veut un jour compter sur l’échiquier mondial où vous avez l’Amérique qui détient tous les brevets OGM et la Chine, le plus gros marché acheteur de ces matières premières. Parce que les prochaines guerres seront des guerres de la nourriture. »

Retrouvez l’intégralité des déclarations d’Abbas Jaber dans Eco d'ici Eco d'ailleurs à 12h10 heure de Paris sur RFI et sur notre site internet.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.