Accéder au contenu principal
Éco d'ici éco d'ailleurs

Cette peur des banquiers, pourquoi ?

Audio 49:30
Emmanuel Macron.
Emmanuel Macron. © REUTERS/Christian Hartmann

La France a élu, dimanche 7 mai 2017, un nouveau président Emmanuel Macron. Outre sa jeunesse, l'une des caractéristiques du président Macron, c'est qu'il a passé quatre ans à travailler au sein d'une banque d'investissement, la Banque Rotschild. Ce qui lui a valu d’être représenté sous les traits d'un homme au nez crochu, au gros cigare et au chapeau haut de forme. Une caricature à connotation antisémite. L'historienne Annette Wieworka expliquait, dans une interview, au journal Le Monde que si Emmanuel Macron avait travaillé au Crédit Agricole, et pas chez Rotschild, «on ne lui collerait pas l'étiquette de banquier». Mais, si Emmanuel Macron est attaqué, c'est parce que depuis la crise mondiale de 2007, beaucoup de forces politiques ont fait de la finance et de la banque, des financiers et des banquiers, les incarnations modernes du mal absolu, des forces vouées à concentrer les richesses au profit de quelques-uns au détriment de la grande majorité, d'une mondialisation malfaisante. D'où une question : «Faut-il avoir peur des banquiers ?», posée par Jean-Pierre Boris à ses deux invitées.

Publicité

 

Avec :
- Marie-Anne Barbat-Layani, directrice générale de la Fédération bancaire française. 

- Jézabel Couppey-Soubeyran, conseillère éditoriale au CEPII, maître de conférences à l'Université Paris-Panthéon Sorbonne. Auteur, en 2015, du livre « Blabla Banque, le discours de l'inaction », aux éditions Michalon.
 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.