Accéder au contenu principal
Accents d'Europe

Attentats: le Fonds d'indemnisation des victimes très critiqué

Audio 19:30
Les Niçois rendent hommage aux victimes de l'attentat du 14 juillet sur la promenade des Anglais, 48h après l'attentat qui a fait 86 morts et 458 blessés.
Les Niçois rendent hommage aux victimes de l'attentat du 14 juillet sur la promenade des Anglais, 48h après l'attentat qui a fait 86 morts et 458 blessés. © AFP/Anne-Christine Poujoulat
Par : Laurent Berthault
22 mn

En une journée ou en une nuit, leur vie a basculé. Les victimes du terrorisme n’ont jamais été aussi nombreuses en France. Elles sont épaulées depuis 1986 par le Fonds de garantie des victimes du terrorisme, le FGTI chargé d’évaluer le préjudice subi et de les aider financièrement au cas par cas. Cette solidarité nationale est assez unique en Europe.

Publicité

Mais, face à l’ampleur de la tâche (5 000 dossiers à traiter depuis les attentats du 13 novembre 2015), le FGTI est sous le feu de la critique : trop déshumanisé, trop administratif, trop injuste même, disent certains. Un nouveau président a été nommé chargé d’engager les réformes pour mieux répondre aux attentes des victimes. Reportage de Frédérique Lebel.

Voilà plus de trente ans que Françoise Rudetzki se bat pour le droit des victimes des attentats, elle qui a perdu l’usage de ses jambes, après l’attentat contre le restaurant « le grand Véfour » à Paris en 1983. C’est elle qui est à l’origine de la création du Fonds de garantie. Dans son livre Après l'attentat, elle raconte les avancées énormes qui ont été accomplies pour venir en aide aux victimes du terrorisme, mais aussi tout ce qui reste à faire.

C'est une histoire méconnue qui vaut au séminaire français de Rome d’avoir été distingué le 9 mai 2017. Un séminaire qui, pendant la guerre, a caché des juifs pour leur éviter une mort certaine. C’est la fondation Raoul Wallenberg qui a remercié le séminaire pour cet épisode méconnu, Olivier Bonnel.

Des milliers d’entreprises et de particuliers lui doivent aujourd’hui une fière chandelle. En dépensant quelques dollars, ce jeune Britannique est parvenu à ralentir considérablement la cyberattaque qui a touché une centaine de pays ce week-end. Car les pirates avaient eux aussi une faille dans leur système. Portrait signé Marie Billon.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.